person_outline
search

    Les sorties DVD/Blu-Ray du mois de Septembre 2015 - Séries TV

  • Sorties
  • Mis en ligne le
The Knick saison 1
Un nouveau genre est né !
image 94ea6

Depuis quelques années, les séries dites médicales semblaient vivre leurs dernières heures sur le petit écran après l’arrêt cardiaque d’Urgences ou les soins palliatifs accordés à Grey’s Anatomy dont la longévité ne cesse d’étonner. Mais, c’était sans compter sur The Knick, une œuvre télévisuelle unique et particulièrement prometteuse, mais qui n’est pas sans nous rappeler certains des plus grands mythes cinématographiques du genre.
Dès la diffusion de son pilote, en août 2014 sur Cinemax aux USA, son réalisateur, qui n’est pas un inconnu puisqu’il s’agit de Steven Soderbergh, The Knick peut se targuer d’être une série branchée à mi-chemin entre le drame médical et la fresque historique. C’est la troisième fois que le célèbre réalisateur passe derrière la caméra pour les besoins d’une série télé, après avoir dirigé les épisodes de K Street diffusée sur HBO en 2003, et avoir mis en scène deux épisodes anthologiques de Fallen Angels produite entre 1993 et 1995 par Sydney Pollack. Sa trame germe au cœur du New York des années 1900, et plus précisément dans l’hôpital Knickerbocker (plus connu sous le nom de Knick) qui connaît de grosses difficultés financières suite à l’exode des patients les plus aisés et à des rentrées d’argent de plus en plus rares. Au sein du corps médical, Clive Owen incarne le Docteur John Thackery qui, aux côtés de chirurgiens émérites et autres infirmières chevronnées, essaie tant bien que mal de limiter la casse et, surtout, de sauver les meubles. Entre les tensions raciales et la lutte infernale des classes sociales, en passant par les changements rapides et non réglementés de la médecine, ou encore la dépendance aux drogues, Thackery va devoir s’armer de patience et, surtout, de courage dans un univers empreint d’une fantastique et enivrante décadence. À une époque où les rumeurs les plus folles meublaient les conversations des dîners mondains, The Knick vous fera vous recroqueviller dans votre fauteuil en vous contant certains des plus grands bouleversements de l’histoire de la chirurgie moderne. Et pour cause, ce pur chef-d’œuvre du tube cathodique, créé par Jack Amiel et Michael Begler, n’hésite pas à sortir certains squelettes des placards pour mieux les disséquer dans une reconstitution d’époque originale qui contraste assurément avec la bande-son aux tonalités électro.

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : Américaine
Date de sortie : 2 septembre 2015
Créateurs & showrunners : Jack Amiel et Michael Begler
Distribution : Clive Owen, Andre Holland, Jeremy Bobb, Juliet Rylance, Eve Hewson, Michael Angarano, Chris Sullivan, Cara Seymour, Eric Johnson, David Fierro, Maya Kaan, Matt Frewer …
Genre : Drame historique médical
Durée : 10 épisodes de 52 minutes
Les points forts des coffrets Blu-ray & DVD : découvrez les techniques de chirurgie qui ont révolutionné l’époque et qui apparaissent dans la série, commentaires audio de l’équipe de tournage et des acteurs Jack Amiel, Michael Begler, Jeremy Boo, Eve Hewson, Michael Angarano, Chris Sullivan, Cara Seymour et Eric Johnson.

Smallville l’intégrale (réédition)
La série prequel de Superman
image ec728

En 1989, Smallville, petite bourgade paisible du Kansas, est frappée de plein fouet par une pluie de météorites – une catastrophe qui fait de nombreuses victimes. Ce jour-là, la voiture de Jonathan (John Schneider) et Martha Kent (Annette O’Toole), un couple de fermiers dévoués, fait une embardée et quitte la route après avoir été frôlée par une boule incandescente. Encore sous le choc, tous deux se dirigèrent vers le point d’impact de ce qu’ils croyaient être une météorite, mais ils y découvrirent un petit enfant tout juste sorti d’un vaisseau spatial ! Pour ceux, qui n’avaient jamais pu avoir de descendance, Dieu venait enfin d’exaucer leurs prières. N’écoutant que leur désir d’être parents, ils n’hésitent pas un instant et décident d’adopter ce jeune extraterrestre anthropomorphe qu’ils baptisent Clark (Tom Welling). Afin de ne pas éveiller les soupçons, et surtout d’éviter que leur fils adoptif ne devienne un vulgaire rat de laboratoire, les Kent dissimulent ses véritables origines à leur entourage ainsi qu’aux habitants du village qui gardera à jamais les stigmates de cadeau venu du ciel.
Douze ans s’écoulent, beaucoup d’eau coule sous les ponts et Clark devient un séduisant adolescent en tous points semblable à ses camarades de classe, mais en apparence seulement, car il réalise très vite que quelque chose le différencie des autres : il est doté de pouvoirs surhumains qui l’amèneront à douter de ses véritables origines. Il est en effet le premier surpris lorsqu’il explose le chronomètre en courant à la vitesse du son, qu’il se met à voir à travers les murs grâce à sa vision infrarouge et qu’il soulève d’une seule main la voiture de son paternel. En revanche, il est encore très loin d’imaginer qu’il pourra un jour voler comme un oiseau et faire fondre la glace avec son regard de braise !
Devenue série culte en l’espace d’une seule saison, Smallville lève le voile sur l’adolescence de Superman, bien avant que celui-ci ne devienne le plus célèbre super-héros de tous les temps. En mettant en scène les personnages de Jonathan et Martha Kent, de même que la jeune Lana Lang (Kristin Kreuk), les producteurs Miles Millar et Alfred Cought respectent scrupuleusement la mythologie des personnages DC Comics imaginée par Jerry Spiegel et Joe Schutser. Mais nos deux acolytes, à qui nous devons les scénarios de L’arme Fatale, Shangaï Kid 1 & 2, Showtime ou encore Spiderman 2, décident d’y ajouter leur petite touche d’originalité en intégrant celui qui deviendra plus tard l’ennemi juré de Clark Kent, j’ai nommé le félon Lex Luthor (Michael Rosenbaum). Et ce n’est qu’une surprise parmi tant d’autres !

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : USA
Date de sortie : 30 septembre 2015
Créateurs : Alfred Gough et Miles Millar
Distribution : Tom Welling, Erica Durance, Justin Hartley, Cassidy Freeman, Allison Mack, Michael Rosenbaum, Kristin Kreuk, Sam Jones III, Eric Johnson, John Schneider, Annette O’Toole, John Glover, Jensen Ackles, Aaron Ashmore, Laura Vandervoort, Sam Witwer, Callum Blue, Alessandro Juliani…
Genre : Fantastique/action
Durée : 218 épisodes de 42 minutes
Les points forts du coffret DVD : scènes inédites, montage du story-board, clips de navigation, commentaires audio, effets visuels de la série, chroniques de Chloé, bêtisiers, contenus DVD-Rom, coulisses, bonus cachés, documentaires, making-of, visite interactive de la ville, bande-annonce et rétrospective.

Loïs & Clark, les Nouvelles Aventures de Superman l’intégrale (réédition)
Romance sexy in the city !
image 9a85a

Produite entre 1993 et 1997, Loïs & Clark, les Nouvelles Aventures de Superman a largement contribué au développement de la série télévisée pour mieux amorcer ce que les puristes ont baptisé le second âge d’or du petit écran. Et, à l’approche de l’automne, quoi de mieux que de se revoir l’intégralité de cette comédie fantastique qui a permis à ses deux interprètes principaux de devenir des valeurs montantes à Hollywood !
Clark Kent (Dean Cain), journaliste en herbe nouvellement recruté au Daily Planet, mène des investigations aux côtés de l’infatigable et ambitieuse Loïs Lane (Teri Hatcher). Très vite, Clark tombe sous le charme de la jeune femme volontaire et fascinée par Superman, un justicier qui veille sur Metropolis… et sur elle. Par le biais de personnages indissociables de la mythologie du célèbre homme d’acier, Deborah Joy Levine, créatrice, productrice et scénariste du show (malheureusement mise à l’écart au terme de la première saison) réinvente l’histoire du mythe en offrant à Loïs un rôle beaucoup plus valorisant, à une époque où les actrices étaient encore réduites à celui de faire-valoir. Dotée d’un grand sens de l’observation, d’une pugnacité hors normes et d’un caractère bien trempé, la belle reporter n’hésite pas à fourrer son petit nez mutin là où on l’attend le moins, et ce, dans l’espoir inavoué de décrocher le prix Pulitzer. Pour ce faire, elle se lance corps et âme dans des enquêtes plus dangereuses les uns que les autres afin de briller aux yeux de Superman, mais surtout auprès de ses pairs, Clark y compris.
Diffusée pour la première fois aux USA en 1993, Loïs & Clark, les Nouvelles Aventures de Superman, une chronique télévisuelle beaucoup plus profonde qu’elle y paraît au premier abord, a immédiatement dépassé les espérances que ses créateurs avaient placées en elle. Métaphore assumée et impertinente des relations homme-femme, la série autopsie avec humour et intelligence, en filigrane d’aventures fantastiques, les rapports ô combien complexes entre le sexe fort et celui réputé faible. En dignes héritiers du féminisme des années 70, les auteurs nous invitent au jeu sempiternel du chat et de la souris. Alors, si vous êtes un homme qui aspire à mieux comprendre la gent féminine, ou une femme qui aime rire de ses travers, repassez-vous en boucle les tribulations de Loïs et Clark. Merci la Warner !

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : USA
Date de sortie : 30 septembre 2015v Créateurs & showrunners : Joe Shuster, Jerry Siegel et Deborah Joy LeVine
Distribution : Dean Cain, Teri Hatcher, Lane Smith, Justin Whalin, Eddie Jones, K Callan, John Shea, Michael Landes, Tracy Scoggins, …
Genre : Drame d’aventure et d’action
Durée : 88 épisodes de 42 minutes
Les points forts du coffret DVD : Commentaires audio, bonus cachés, making of, coulisses, extraits du documentaire de Bryan Singer, la romance entre Lois et clark, quiz sur l’homme d’acier ou encore la chronologie kryptonienne.

Extant saison 1
Home sweet home… ou presque !
image 97ced

Dans ce thriller de science-fiction produit par Steven Spielberg, la talentueuse Halle Berry campe le personnage de Molly Woods, une astronaute envoyée en mission solo dans l’espace. De retour sur Terre après treize mois d’absence, elle ne cache pas son impatience à l’idée de retrouver sa famille, mais elle est très loin de se douter qu’elle n’est pas revenue seule. En effet, alors qu’elle tente tant bien que mal de renouer des liens qui se sont quelque peu distendus avec son mari John (Goran Visnjic), un scientifique spécialisé en robotique, et son fils Ethan (magistralement incarné par le très prometteur Pierce Gagnon qui n’est pas sans nous rappeler Haley Joel Osment dans A.I. réalisé par un certain Spielberg en 2001), un humanoïde à la pointe de la technologie, la jeune femme se sent différente. Tandis que son époux passe le plus clair de son temps à trouver des financements pour développer son projet d’androïdes à l’apparence humaine, Molly va multiplier les déconvenues et autres flash-backs qui vont lentement, mais sûrement, lui faire comprendre qu’elle ne sera plus jamais la même…
Véritable parabole cinématographique née de l’imagination fertile de son créateur et showrunner Mickey Fisher, Extant traite du droit à la différence dans un monde bourré de préjugés. En dépit du fait que la série tisse son intrigue autour d’effets spéciaux indubitablement « spielbergiens », sa première saison souffre singulièrement de rythme. Pour autant, les scénaristes n’oublient pas de mettre à l’honneur des thématiques si chères au producteur, telles que l’espace, l’intelligence artificielle ou encore les technologies futuristes. Un triptyque existentiel qui insuffle un second souffle à ce genre quelque peu éculé sur petit écran, mais qui connaît ainsi une nouvelle cure de jouvence. Gros bémol, les auteurs s’égarent quelque peu dans leurs propres interrogations, tant et si bien que vous finirez, peut-être, par décrocher. Et pour cause, après avoir frôlé l’annulation au terme de cette première saison, CBS a finalement accordé une seconde saison à la série de science-fiction, dont la diffusion vient tout juste de se terminer outre-Atlantique. Pour l’occasion, le casting a été renouvelé en grande partie et l’équipe de production a procédé à ce qu’on appelle un « reboot créatif » dans le jargon télévisuel, et ce, sans nul doute pour tirer leçon de ses erreurs. Des efforts jugés louables par la critique, mais ces derniers seront-ils suffisants pour sauver Extant de l’annulation ? L’avenir nous le dira…

Détails

Distributeur : Paramount
Origine : Américaine
Date de sortie : 30 septembre 2015
Créateur & showrunner : Mickey Fisher
Distribution : Halle Berry, Goran Visnjic, Pierce Gagnon, Hiroyuki Sanada, Michael O’Neill, Grace Gummer, Camryn Manheim, Maury Sterling, Brad Beyer, Barry Wiggins, Tyler Hilton, Annie Wersching, Tessa Ferrer… Genre : Thriller de science-fiction
Durée : 13 épisodes de 42 minutes
Les points forts des coffrets Blu-ray & DVD : L’histoire d’Extant, les acteurs, la progéniture, les effets spéciaux, bêtisier, le tournage de la saison 1, la mythologie de la série, son monde futuriste ainsi que diverses scènes coupées.

Ray Donovan saison 2
Rattrapés par le passé…
image 6afee

Après des années passées à incarner des seconds rôles dans l’ombre, Liev Schreiber crève enfin l’écran et explose dans le rôle de Ray Donovan. Au premier abord, ce père de famille semble mener une vie de famille paisible dans la banlieue de Los Angeles, mais les apparences sont parfois trompeuses. Derrière ses allures de Golden Boy, Ray gagne sa vie en tant que « nettoyeur de luxe » pour le compte de gens riches et célèbres de Hollywood. Cet antihéros par excellence n’a pas son pareil pour faire disparaître les preuves compromettantes et étouffer les scandales en tout genre. À défaut de mettre dans l’ordre dans sa vie, il parvient à trouver un défouloir en semant la zizanie dans celle des autres, tout en faisant exploser son tiroir-caisse. Et histoire de lui donner du fil à retordre, son sombre passé familial va le rattraper lorsque son cinglé de père, Mickey (John Voight), recouvre une liberté conditionnelle avant de clamer son envie de sortir certains squelettes du placard.
Et pour cette saison 2, les scénaristes passent à la vitesse supérieure dans la mesure où rien ne va plus entre Ray et son père ! En effet, l’étau se resserre et le FBI va tout mettre en œuvre pour faire cracher le morceau à son géniteur au sujet des activités nébuleuses de sa progéniture. Pire encore, les fédéraux vont le contraindre à choisir entre sa liberté ou la trahison ! Mickey trahira-t-il son fils pour éviter de retourner derrière les barreaux ? À vous de le découvrir en vous procurant le coffret DVD de la deuxième saison de ce mélange de genres décapant qui bouscule les codes pour mieux vous faire cogiter !
Quelque part au croisement d’Entourage et Scandal, deux autres modèles du genre, et sous ses aires de simple drame familial, Ray Donovan peut se targuer d’être une série cruelle, dans l’air du temps, qui traite à la fois avec humour et noirceur, de la décadence de notre société moderne. Riche de personnages complexes et de lignes narratives particulièrement bien ficelées par Ann Biderman (Southland, Copycat ou encore Public Enemies), elle a su se faire une place de choix non seulement dans le cœur de la critique, mais aussi des téléspectateurs. Gageons qu’elle ne se fourvoiera pas et la gardera pendant longtemps, et ce, même si la saison 3 (actuellement diffusée outre-Atlantique) commence déjà à montrer quelques signes de faiblesse malgré quelques nouvelles recrues…

Détails

Distributeur : CBS
Origine : USA
Date de sortie : 16 septembre 2015
Créateurs : Ann Biderman
Distribution : Liev Schreiber, Jon Voight, Paula Malcomson, Kerris Dorsey, Devon Bagby, Steven Bauer, Katherine Moennig, Pooch Hall, Dash Mihok, Eddie Marsan, Elliott Gould…
Genre : Drame familial
Durée : 12 épisodes de 42 minutes
Les points forts du coffret DVD : Commentaire audio de l’épisode 201, Liv Schreider parle de Ray, Jon Voight parle de Mickey, musicalement Ray, shooting Ray Donovan, sagesse et esprit.

The Good Wife saison 5
La vérité, rien que la vérité…
image a267b

Après la retraite anticipée de nos sorcières bien-aimées de Charmed et la fin des crêpages de chignon de nos Desperate Housewives préférées, le « Girl Power télévisuel » semblait avoir perdu leurs dernières figures de proue. Mais, c’était sans compter sur l’appel à la barre d’Alicia Florrick (Julianna Margulies) pour les besoins de The Good Wife, une série politico-judiciaire aux accents dramatiques. Dès la diffusion de son pilote en septembre 2009 sur CBS aux États-Unis et sur M6 et Teva en France depuis 2011, elle se dévoile comme une œuvre féministe retraçant le quotidien tumultueux d’une femme brillante qui a dû remiser un temps sa robe d’avocate au vestiaire…jusqu’au jour où le destin va la forcer à reprendre du service pour défendre son mari, Peter (Chris Noth), un célèbre politicien ayant été écroué dans le cadre d’une affaire aussi nébuleuse que médiatique.
Depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et presque autant que de dossiers traités par notre héroïne. Et pour cette saison 5, qui a permis à la série de rafler un autre Emmy Awards, les auteurs restent fidèles à eux mêmes et continuent de tisser des intrigues alambiquées et truffées de rebondissements. Ils prennent à cœur de multiplier les dommages collatéraux et autres revirements de situation de toutes sortes, le tout saupoudré de personnages charismatiques aux caractères assurément bien trempés ! Une fois de plus, la tension est au paroxysme en début de cette cinquième saison et tout laisse à penser qu’elle n’est pas prête de retomber. Mais, histoire de donner un second souffle au show qui continue d’être plébiscité outre-Atlantique en réunissant plus de 11 millions de spectateurs en moyenne, Alicia et Cary Agos (Matt Czuchry) fondent leur propre cabinet juridique dissident de Lockhart/Gardner, non sans avoir oublier d’emmener bon nombre de clients importants dans leur sillage. Comme vous pouvez vous en douter, leur entreprise ne sera pas bien vue par leurs anciens employeurs qui vont alors redoubler d’ingéniosité pour leur mettre des bâtons dans les roues. Peter Florrick (Chris Noth) accède, quant à lui, au rang de gouverneur et engage aussitôt Eli Gold (Alan Cumming) comme chef de cabinet. Ensemble, ils vont devoir se confronter à des problèmes de corruption suite à l’enquête menée sur une probable fraude électorale lors des dernières élections…
Une fois n’est pas coutume, la saison 5 de The Good Wife elle fait fi des préjugés sexistes – dictés par des machos hollywoodiens qui ont trop longtemps réduit la femme à un rôle de faire-valoir – et est marquée par le départ brutal et inattendu d’un des personnages-clés, tué dans une fusillade, départ compensé par l’arrivée d’une nouvelle recrue et pas des moindres ! Emmenée par une Julianna Margulies au sommet de son art, la série continue d’éclater les codes habituellement associés à ce genre télévisuel dans un superbe coffret regroupant les 22 épisodes d’une saison charnière, certes, jugée très sulfureuse par la critique, mais dont les éloges se font encore écho, ici et là, dans la presse. Un état de fait qui lui vaut d’être classé par l’American Film Institute dans le Top 10 des meilleures séries diffusées à ce jour. À noter que la Paramount sort en parallèle le coffret des cinq saisons…à bon entendeur !

Détails

Distributeur : Paramount
Origine : USA
Date de sortie : 2 septembre 2015
Créateurs : Michelle King & Robert King
Distribution : Julianna Margulies, Archie Panjabi, Christine Baranski, Josh Charles, Matt Czuchry, Makenzie Vega, Alan Cumming, Graham Phillips, Zach Grenier, Chris Noth, Jerry Adler, Carrie Preston, Michael J. Fox…
Genre : Drame politico-judiciaire
Durée : 22 épisodes de 42 minutes.
Les points forts du coffret DVD : Nouvelle saison, nouvelle Alicia, requiem pour un ami : l’épisode 515, scènes coupées pour certains épisodes, clip de Thicky Trick ainsi que le bêtisier.

American Horror Story saison 4
Caravane de l’étrange…
image 15a17

Oyez, oyez braves gens ! Surmontez vos appréhensions et autres préjugés, remontez l’allée jusqu’au grand chapiteau et soulevez le rideau de la quatrième saison d’American Horror Story et jetez un petit coup d’œil, si vous bous en sentez capables, bien sûr ! Dans cette dernière aussi passionnante que dérangeante, et sous-titrée Freak Show pour l’occasion, les auteurs vous promettent 13 épisodes de 42 minutes de sueurs froides, et ce, sans compter les nombreux bonus dont regorge le somptueux coffret édité par la Fox, pour mieux vous plonger dans le monde très déroutant et biscornu du Carnival. En l’an de disgrâce 1952, la petite bourgade de Jupiter, située en Floride, voit sa quiétude toute relative ébranlée par les agissements douteux d’un serial-killer qui semble prendre un malin plaisir non seulement à multiplier les victimes, mais aussi à brouiller les pistes. Face à de telles ignominies, la police locale piétine, alors qu’au même moment, dans le cirque Mars, la directrice des lieux, prénommée Elsa et magnifiquement campée par l’actrice Jessica Lange qu’on ne présente plus, se met en quête d’une nouvelle attraction pour sa caravane de l’étrange. Intimement convaincue que ses nouvelles recrues (et comme le dit si bien le vieil adage : deux têtes valent mieux qu’une !), les sœurs siamoises Bette et Dot Tattler (Sarah Paulson), vont faire sensation, elle met alors tout en œuvre pour attirer les foules et, ainsi, faire évoluer l’inconscient collectif d’une Amérique intolérante et cruelle afin de récolter, enfin, les lauriers d’une certaine gloire briguée depuis sa plus tendre enfance…
Après trois saisons toutes aussi addictives les unes que les autres et aux titres évocateurs (Murder House, Asylum et Coven), la réalisation du quatrième volet d’American Horror Story est toujours aussi sophistiquée et menée tambour battant. Effets spéciaux à vous glacer le sang, hallucinations phobiques et autres bêtes de foire, tout y est juste, jamais vulgaire, avec une intensité rare pour une série télévisée. Alors ne boudez pas votre plaisir et franchissez le seuil de ce cabinet de curiosités qui va sans aucun doute vous amuser et vous surprendre, voire vous terrifier…mais tout laisse à penser que vous n’en reviendrez pas, du moins pas indemnes ! À noter que la Fox en profite pour sortir en parallèle des coffrets inédits (Blu-ray & DVD) de l’intégrale des quatre saisons avec, encore et toujours, des bonus à la pelle pour les fans de la première heure.

image 09959

Détails

Distributeur : Fox
Origine : USA
Date de sortie : 30 septembre 2014
Créateurs : Brad Falchuk et Ryan Murphy
Distribution : Sarah Paulson, Evan Peters, Michael Chiklis, Frances Conroy, Lily Rabe, Emma Roberts, Denis O’Hare, Kathy Bates, Jessica Lange, Finn Wittrock, Angela Bassett, Drew Rin Varick, Chrissy Metz, John Carroll Lynch, Celia Weston, Wes Bentley, Gabourey Sidibe, Neil Patrick Harris, Matt Bomer…
Genre : Drame/Horreur-épouvante/fantastique
Durée : 13 épisodes de 42 minutes
Les points forts des coffrets Blu-Ray & DVD : Plus d’une heure de bonus avec des artistes hors du commun, l’ouverture de la saison 4, petit coup d’œil sous le chapiteau, deux têtes valent mieux qu’une, le spectre d’Edward Mordrake ou encore derrière le masque de la terreur.

Brooklyn Nine-Nine saison 2
Un commissariat assurément pas comme les autres !
image 27f64

Récompensée deux fois aux Golden Globe 2014, Brooklyn Nine-Nine nous embarque à nouveau pour 23 épisodes survitaminés. Dans cette saison 2 marquée par le sceau des révélations, le détective Jack Peralta (Andy Samberg) et le capitaine Raymond Holt (Andre Braugher) mettent tout en œuvre pour renforcer la sécurité de leur quartier réputé malfamé depuis quelques années. Pour ce faire, ils vont recruter une équipe de choc composée des meilleurs éléments de Brooklyn et n’en déplaise à leurs nombreux détracteurs ! Face à une hiérarchie quelque peu rigide, à certains agissements douteux de la brigade des stupéfiants, aux actes contestables de leurs familles et certaines romances escomptées depuis longtemps, ils vont une nouvelle fois dégainer leur humour imparable, et ce, pour mieux faire face à un danger qui se fait de plus en plus pressant !
Créée par Dan Goor et Michael Schur, Brooklyn Nine-Nine fait figue d’ovni dans le paysage télévisuel mondial. En alliant humour et intrigues policières, les auteurs parviennent non sans mal à sortir des sentiers battus pour mieux nous parler des maux qui corrodent notre société moderne. Dans un commissariat indubitablement pas comme les autres, des policiers pour le moins hyperactifs, et aux antipodes de l’archétype télévisuel habituellement usité dans les séries policières dites classiques, font régner l’ordre et la justice, mais à leur manière !
À la manière d’une certaine Ally McBeal disparue trop tôt du petit écran et qui a forgé sa réputation en traitant au vitriol certains des plus grands tabous de l’époque, ou encore une dénommée Scrubs, la deuxième saison de Brooklyn Nine-Nine vous promet de passer quelques heures de franche rigolade, le tout saupoudré de quelques remises en question. Comprenez par là qu’outre l’étrangeté de certaines situations policières et l’imaginaire visuellement débordant des protagonistes, la série continue son ascension dans l’incongruité qui fait merveille sur le plan narratif. Ces choix scénaristiques servent de faire-valoir à certaines discussions, prises de bec et autres confidences des personnages, et ce, pour mieux aborder certains thèmes jugés politiquement incorrects dans une société où les dictats judéo-chrétiens ont encore la dent dure. Pour toutes ces raisons, Brooklyn Nine-Nine gagne à être (re)connue, tant et si bien qu’elle occupe aujourd’hui une place à part dans le paysage des séries policières contemporaines. Par son impertinence vis-à-vis des tabous de la morale puritaine, elle parvient à briser les préjugés et le tout avec un humour décapant, mais qui n’est pas à la portée de tout le monde, surtout si on se contente d’une lecture au premier degré. À bon entendeur !

Détails

Distributeur : Universal
Origine : Américaine
Date de sortie : 8 septembre 2015
Créateurs et showrunners: Michael Schur et Dan Goor
Distribution : Andy Samberg, Andre Braugher, Melissa Fumero, Joe Lo Truglio, Stephanie Beatriz, Terry Crews, Chelsea Peretti, Dirk Blocker, Joel McKinnon Miller, Kyra Sedwick…
Genre : comédie policière
Durée : 23 épisodes de 22 minutes
Les points forts du coffret DVD : Scènes coupées.

Motive saison 1
Suspect N°1
image e5201

Tout meurtrier qui se respecte n’agit pas à la légère ! Il a forcément un mobile, quel qu’il soit, et il suffit de reconstituer le puzzle pour mieux le faire sortir de sa tanière. Voici le postulat de base de la première saison de Motive.
Les agents Angie Flynn (Kristin Lehman) et Oscar Vega (Louis Ferreira) unissent leurs efforts pour mieux résoudre certaines des affaires de meurtres les plus complexes de Vancouver. À chaque début d’épisode, la victime et l’assassin, qu’aucun indice ne semble relier de prime abord, sont présentés aux téléspectateurs. Démarre alors une longue et périlleuse mission d’investigation pour nos deux enquêteurs préférés. En rassemblant une à une les pièces du casse-tête, ces derniers vont se démener pour faire éclater la vérité en plein jour et, ainsi, démasquer le meurtrier. Le hic, c’est qu’Angie, mère célibataire depuis son divorce, est considérée comme l’un des détectives les plus aventureux de la ville et sa curiosité pourrait bien lui jouer de bien mauvais tours ! Pire encore, celle, qui n’hésite pas à laisser ses oreilles un peu partout, prend à malin plaisir à entretenir son jeu dangereux du chat et de la souris avec les assassins sans vraiment se soucier des éventuelles répercussions pour elle et ses proches…
Les qualités de Motive reposent notamment sur une solide mise en place des personnages et de l’intrigue, et ce, dès le pilote de la série. Ce qui n’est pas une mince affaire, voire plutôt un véritable tour de force, à une époque où les séries policières foisonnent sur le petit écran ! Il n’est donc pas chose aisée de tirer son épingle du jeu, mais, en s’inspirant des plus grandes références du genre, la première saison distille juste ce qu’il faut de suspense. Une astuce scénaristique qui rend ainsi la découverte progressive des motivations des tueurs encore plus passionnante. Quant à la distribution artistique, elle s’avère plutôt convaincante avec des premiers rôles particulièrement brillants et charismatiques. Pour ce qui est des personnages secondaires, ils ne sont pas relégués au second plan, loin s’en faut, et contribuent largement à la qualité des dossiers donnés à notre duo de choc et de charme.
Comme la mort peut frapper à n’importe quel moment et sans crier gare, les scénaristes multiplient les rebondissements et autres points de vue subjectifs pour mieux nous faire partager les conséquences d’un tel métier sur la vie privée des agents et de leur famille respective. Au fil des épisodes, la série canadienne a su prendre des risques audacieux qui s’avèrent payants, puisque Motive affiche déjà trois saisons au compteur et qu’une quatrième est d’ores et déjà en préparation sur CTV.

Détails

Distributeur : Universal
Origine : Canadienne
Date de sortie : 1er septembre 2015
Créateurs & showrunners : Daniel Cerone
Distribution : Kristin Lehman, Louis Ferreira, Lauren Holly, Roger R. Cross, Brendan Penny, Cameron Bright, Serge Houde, Warren Christie, Luisa D’Oliveira, Richard de Klerk, Victor Garber …
Genre : Thriller policier
Durée : 13 épisodes de 43 minutes
Les points forts du coffrets DVD : Pas de bonus.

The Walking Dead saison 5
La mort rôde…et le Mal gagne du terrain !
image 237ca

Mordus du genre, vous ne serez pas déçus : Wild Side vous propose de revivre la cinquième saison de l’une des séries les plus déroutantes de toute l’histoire de la télévision, The Walking Dead. Dans cette dernière assurément plus nébuleuse (si tant est que cela soit encore possible), nos rescapés préférés vont se retrouver une fois de plus en mauvaise posture, nous forçant ainsi à nous demander si leur dernière heure n’est pas venue !
Après avoir fui leur prison désormais envahie par les marcheurs, ainsi que la communauté du Terminus recelant un secret pour le moins abominable, Rick Grimes (Andrew Lincoln) et quelques rares acolytes parviennent une fois de plus à prendre la poudre d’escampette. Désormais livrés à eux-mêmes, ils errent comme des âmes en peine, affrontant de nombreux obstacles et autres sacrifices qui vont les changer à jamais. Après une longue période d’errance et un petit détour expéditif par l’hôpital Grady, ils arrivent non sans mal à Alexandria, une ville ultra-sécurisée depuis le début de la pandémie. Mais, suite à tout ce qu’ils ont dû endurer pour survivre, seront-ils capables de reprendre un semblant de vie normale dans ce refuge inattendu ? Entre les « pro-Rick » très attachés aux valeurs primaires de la survie et les habitants de ce lieu paisible placé sous l’égide de Deanna Monroe (Tovah Feldshuh) qui ne cache pas son attachement aux valeurs humaines, un fossé va se creuser…
Avec près de 14,5 millions de téléspectateurs en moyenne sur AMC, la série continue son ascension en explosant non seulement ses précédents records d’audience, mais aussi en contaminant davantage d’aficionados au fil des saisons. Et la cinquième ne déroge pas à la règle ! J’en veux pour preuve le premier épisode particulièrement mouvementé, acclamé par la critique et encensé par les fans de la première heure. L’horreur y est toujours au rendez-vous, l’ambiance plus oppressante, le ton plus introspectif et la psychologie des personnages nettement plus sondée. Et que dire sur la trame scénaristique ? Si ce n’est que nos miraculés vont devoir se séparer et emprunter des chemins différents, le tout en essayant d’échapper aux nombreux rôdeurs affamés et autres âmes perdues.
Au terme de cette saison assurément plus sombre, qui vous replongera au cœur de leur survie ô combien compliquée, se profilent de nouvelles questions sur leur avenir de plus en plus incertain… tandis que de nouveau venus, comme le père Gabriel Stokes (Seth Gilliam) ou encore la policière Dawn Lerner (Christine Woods) menant à la matraque une enclave de survivants, viendront jouer les trouble-fête. À noter que forte du succès mondial de la série, la chaîne américaine a lancé fin août, Fear the Walking Dead, la spin-off de la désormais série culte qui s’intéresse au début de l’invasion des morts-vivants. Et, comme il fallait s’y attendre, c’est un véritable carton, mais il s’agit là d’une autre histoire que nous vous conterons prochainement…

image 6ba1a

Détails

Distributeur : Wild Side
Origine : USA
Date de sortie : 30 septembre 2015
Créateurs & showrunners : Frank Darabont, Scott M. Gimple, Robert Kirkman et Glen Mazzara
Distribution : Andrew Lincoln, Steven Yeun, Chandler Riggs, Norman Reedus, Danai Gurira, Lauren Cohan, Chad L. Coleman, Sonequa Martin-Green, Emily Kinney, Melissa Suzanne McBride, Michael Cudlitz, Josh McDermitt, Seth Gilliam, Alanna Masterson, Christian Serratos, Tyler James Williams, Chris Coy, Lawrence Gilliard Jr, Christine Woods, Tovah Feldshuh…
Genre : Drame/Épouvante-horreur
Durée : 16 épisodes de 42 minutes
Les points forts des coffrets Blu-Ray & DVD : making of, sur le tournage de la saison 5, making of de l’épisode final, scènes coupées, Beth/Bob/Noah/Tyrese : voyages individuels, commentaire audio de l’équipe de la série sur les épisodes 1/5/9/10/12 et 16, une journée avec Michael Cudlitz, une journée avec Josh McDermitt, les coulisses d’Alexandria, la création des charognes & des flotteurs

Major Crimes saison 1
Qui c’est la patronne ?
image 5a15d

Spin-off trop méconnue de The Closer : L.A. Enquêtes prioritaires, Major Crimes traite d’un sujet pour le moins compliqué, à savoir la vie de tous ceux et celles qui parviennent à passer à travers les mailles du filet du système pénal américain.
Cette première saison vous plongera au cœur même des enquêtes menées par les détectives de la Los Angeles Police Department (LAPD). En outre, l’équipe très soudée de la brigade des Crimes Majeurs va se retrouver dans une position délicate à l’arrivée du capitaine Sharon Raydor, magistralement campée par Mary McDonnell et nominée aux Oscars. En effet, leur meilleure ennemie de toujours se voit confier la tête de leur équipe et, comme vous pouvez vous en douter, elle va tout révolutionner ! Alors qu’elle ne cache pas son inquiétude à l’idée de diriger ce groupe d’hommes et femmes, aux caractères aussi variés que trempés, elle débarque avec ses gros sabots, ou plutôt ses talons aiguilles, pour mieux imposer sa nouvelle approche du métier. Pleine de bonnes intentions et autres idées fraîches derrière la tête, Raydor garde un souvenir amer de ses anciennes investigations avec l’équipe. Néanmoins, elle décide de faire table rase du passé et s’investit à 100 % dans cette nouvelle aventure. Lentement, mais sûrement, elle parvient à gagner la confiance de ses nouveaux coéquipiers, tout en plaçant ses pions sur l’échiquier, et ce, pour mieux résoudre les affaires les plus complexes que la brigade ait connues jusqu’ici.
Entre un gang de vétérans reconvertis en effroyables voleurs armés et des mafieux Israéliens indécrottables, en passant par un meurtre sordide qui pourrait mettre en péril la carrière de Raydor, la Major Crimes va avoir fort à faire ! Imaginée par le scénariste, créateur et producteur James Duff, dont le nom apparaît au générique de The D.A., Enterprise, Espions d’État ou encore Felicity, la série ne promet ni happy end, ni morale exemplaire. Loin des clichés du genre, elle bouscule les codes, l’idée que le téléspectateur se fait de la télévision et, plus particulièrement, des intrigues policières. Dans un pays où le nombre de meurtres augmente un peu plus chaque année, elle fait figure de pavé dans la marre. Bien ancrée dans son époque, elle esquisse au fil des épisodes un portrait peu flatteur, celui d’une Amérique corrodée depuis trop longtemps par une nouvelle sorte de folie de plus en plus dévastatrice…

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : Américaine
Date de sortie : 2 septembre 2015
Créateurs & showrunners : James Duff
Distribution : Mary McDonnell, G.W. Bailey, Anthony John Denison, Michael Paul Chan, Raymond Cruz, Philipp P. Keene, Kearran Giovanni, Graham Patrick Martin, Jonathan Del Arco, Ian Bohen…
Genre : Policier
Durée : 10 épisodes de 42 minutes
Les points forts du coffret DVD : Au cœur de la brigade Major Crimes : découvrez le quotidien du tournage à travers les commentaires de Mary McDonnell et d’autres acteurs de la série. Major Crimes, un défi majeur : le créateur et producteur James Duff, le producteur exécutif Michael Robin et l’équipe de tournage racontent comment ils ont réussi à donner de l’ampleur à la série depuis le concept The Closer. La nouvelle recrue de Raydor : portrait de l’actrice Kearran Giovanni. Entretien avec Graham Patrick Martin : suivez l’interview de Graham Patrick Martin, bêtisier et scènes coupées.

Intégrale Les Soprano (réédition)
Le blues du mafia man…
image 57f00

Ne manquez pas la réédition que vous propose Warner Bros et revivez l’intégrale de l’une des sagas télévisées les plus déroutantes de toute l’histoire du tube cathodique, j’ai nommé Les Soprano ! À la tête d’une mafia moderne pendant six années, Tony Soprano (James Gandolfini) essaie tant bien que mal de joindre les deux bouts entre son rôle de père de famille et l’organisation criminelle qu’il dirige. Cet Italo-Américain pure souche et au tempérament dépressif éprouve le besoin de se coucher régulièrement sur le divan du psychiatre, le Dr Jennifer Melfi (Lorraine Bracco), afin d’exorciser ses vieux démons et, surtout, de préserver sa suprématie en tant que parrain du New Jersey Nord.
L’univers de noirceur et de violence de la série est loin d’être manichéen. Mais, contre toute attente, on finit par s’attacher aux truands brutaux sanguinaires qui finissent parfois par laisser tomber le masque. Entre un sens de la famille particulièrement développé de par ses origines italiennes et celui de l’amitié, le névrosé Tony se dévoile au fil des épisodes pour vous inciter à revoir lentement, mais sûrement, votre jugement à son égard. Cet être ambigu et ô combien complexe s’avère être aux antipodes de l’archétype du héros, tel que le monde moderne l’a façonné au fil des siècles ! Véritable antihéros, il incarne avec ferveur et véracité un homme quelque peu égaré, marqué par la fatalité et qui finira par être rongé par les fantômes du passé. En parallèle, les représentants de la loi et de l’ordre sont loin d’être blancs comme neige et utilisent à maintes reprises des méthodes plus que discutables pour arriver à leurs fins.
Quelque part entre Les Affranchis de Martin Scorsese et Mafia Blues de Harold Ramis, Les Soprano a su en quatre-vingt-six épisodes se propulser au rang de l’une des œuvres télévisuelles les plus populaires du 21ème siècle. Une série majeure de la télévision ou plutôt une vaste saga télévisée du crime organisé inscrite à jamais en lettres dorées au panthéon de la culture pop. Un peu partout dans le monde, un noyau dur d’aficionados s’est développé, venant vanter les mérites de cette série encensée par la critique et qui fait désormais figure de nouvelle référence dans le genre. Récompensée par de nombreux Emmy Awards, Golden Globes et autres Peabody Awards, cette œuvre noire, aussi originale dans sa structure en arcs que dans ses scénarios et dialogues brillants, a permis au public de partager les tranches de vie d’une famille mafieuse pendant six saisons toutes aussi passionnantes qu’haletantes, et ce, avant de trouver la place qu’elle mérite au cimetière des séries télévisées. À voir et à revoir sans modération… à l’exception de tous ceux pour qui le genre mafieux n’est assurément pas leur tasse de thé !

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : USA
Date de sortie : 30 septembre 2015
Créateur : David Chase
Distribution : James Gandolfini, Edie Falco, Lorraine Bracco, Michael Imperioli, Tony Sirico, Jamie-Lynn Sigler, Dominic Chianese, Vincent Curatola, Steve R. Schirripa, Robert Iler, Steve Van Zandt…
Genre : Drame
Durée : 86 épisodes de 50 minutes
Les points forts des coffrets Blu-ray & DVD : Bonus exclusif permettant de découvrir comment Les Soprano ont pris vie et comment la série est devenue un monument de la télévision. Il comprend toutes les interviews avec le casting, l’équipe du tournage, les stars, les cinéastes, les critiques et des universitaires, ainsi que des images jamais vues de la série légendaire. Deux tables rondes avec le casting et l’équipe du tournage, interview en deux parties avec David Chase, scènes coupées et bien plus, 25 commentaires audio avec le casting et l’équipe du tournage et un livre bonus de 32 pages.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.