person_outline
search

    Anthem : Révélations sur le développement

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

Anthem est sorti en ce début d'année dans un relatif anonymat qui ne colle pas vraiment avec son statut de jeu blockbuster, porté par Electronic Arts et développé par Bioware, responsable entre autres des franchises Dragon Age et Mass Effect, le tout avec de gros moyens et une technique au top niveau. Il se trouve que les graphismes ne font pas tout et que le coté fourre tout du jeu a eu du mal à attirer du monde. Comme on pouvait le penser, ce résultat est dû à un développement compliqué, ce qu'a révélé Kotaku (dans un article en anglais que vous retrouvez sur ce lien).

Sans entrer dans les détails de très longs entretiens avec plusieurs développeurs chez Bioware, le jeu a subit plusieurs problèmes au cours de son développement, des problèmes récurrents chez Bioware. On apprend ainsi que beaucoup de personnes haut placées ont quittées le studio en cours de projet, menant à créer une équipe de direction hybride, incapable de prendre une décision ferme. Entre 2012 et 2017, le jeu est en pré-production, passant d'une projet de survie à un shooter-RPG, changeant d'histoire tous les 6 mois et n'avançant généralement pas.

Dans les anecdotes rapportées, l'E3 2017 semble être un pivot. C'est à ce moment là que le public à découvert le jeu, qui a changé de nom quelques semaines auparavant, passant de Beyond à Antehem, d'un titre voulu à un nom qui n'a pas de sens, tout comme la majorité des développeurs. La plupart des employés travaillaient sur le projet sans en comprendre le but. En découvrant les présentations, ils ont alors compris ce qu'ils devaient faire, et ils ont compris qu'ils n'y arriveraient pas. Cette démo de l'E3 2017 a été truquée pour produire son effet. Derrière, le jeu était toujours en pré-production et aucune des idée montrée n'était implémentée de façon large.

Une autre anecdote concerne le déplacement des personnages. Cette animation de vol qui a attirée tout le monde a passé son temps à être retirée puis réincorporée dans le jeu, forçant à redéfinir les environnements à chaque fois. La raison de cette tergiversation est simple, les développeurs n'arrivaient pas à implémenter le système correctement. C'est finalement une présentation à Patrick Soderlund, l'un des dirigeants d'EA à cette époque, présentation là aussi truquée, qui a imposée cette option.

On trouve aussi dans ces entretiens des critiques déjà entendu à l'encontre du moteur Frostbite. Par exemple, le moteur ne comportait aucun système pour sauvegarder et charger manuellement une partie, une notion ajoutée lors de Dragon Age Inquisition. Les développeurs parlent d'un moteur plein de lames de rasoir, incompréhensible et obligeant à faire des petits pansements partout plutôt que de faire des systèmes qui fonctionnent correctement.

En parlant de Dragon Age Inquisition, beaucoup de développeur pointent vers lui comme basculement chez Bioware. Certains indiquent même que la plupart des développeurs ont voulu que Dragon Age Inquisition se rate, pour tirer la sonnette d'alarme. Le jeu repartira avec le prix du jeu de l'année, poussant du coup Mass Effect Andromeda puis Anthem dans le fossé, à cause de mauvaises pratique managériales qui n'ont pas été remises en question. Quitte à parler d'autres jeux, les développeurs indiquent avoir dû voler des idées à The Division ou Destiny dans la dernière ligne droite, pour essayer de sortir un jeu quand même.

En apprenant tout cela, on comprend que le jeu sorti en 2019 n'a rien à voir avec l'ambition initiale mais aussi que Bioware est mal partie. Le studio basé à Edmonton au Canada est en conflit avec son antenne à Austin au Texas, les meilleurs développeurs sont déjà partis et les autres sont lessivé par un jeu qui a été réellement développé en 16 mois. Les équipes sont déjà partie sur Dragon Age 4, mais rien n'a changé dans les pratiques de management.

Bioware a tenu à répondre à l'article de Kotaku, quelques minutes seulement après sa parution, sans avoir eu le temps de le lire donc. Le studio accuse le média journalistique de faire des attaques gratuites et réaffirme que tout ce passe bien. Ce que fait en réalité Kotaku, c'est mettre en lumière une gestion de projet désastreuse. Il n'y a pas d'attaque au studio comme on a pu le voir ces derniers mois envers Quantic Dream ou Overkill Studios. Et ça, Bioware ferait bien de le comprendre pour sortir la tête de l'eau, et éviter de faire comme Telltale Games.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.