person_outline
search

    Visceral Games : Amy Hennig parle de l'envers du décor

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

Ces dernières années, l'éditeur Electronic Arts a été sur le devant de l'actualité à cause d'un gros projet sur la licence Star Wars. Connu sous le nom de code Ragtag, le projet a été dans les mains de Amy Hennig et Jade Raymond, à travers les studios Visceral Games et EA Motive, deux studios qui n’existent plus et deux créatrices qui ont quitté l'éditeur ces derniers mois. Lors d'un rassemblement de développeurs et de journalistes à Las Vegas, la créatrice Amy Hennig, qui a précédemment travaillé sur la série Uncharted par exemple, est revenue sur ce projet, et ce qui n'allait pas dans les méthodes de travail.

Madame Hennig évoque d'abord les difficultés inhérentes au studio Visceral Games, qui semblait être à la marge dans le fonctionnement d'EA. Elle indique notamment que les investisseurs avaient du mal à se projeter sur le jeu final, qu'elle a alors présenté comme un "Uncharted dans l'univers Star Wars", ce qu'elle explique être une grosse simplification vers laquelle on l'a toujours malheureusement ramenée.

L'autre élément important de l'entretiens concerne le moteur de jeu Frostbite, imposé à tous les projets hébergés par EA. La créatrice indique que le moteur n'était malheureusement pas prévu pour un jeu à la troisième personne, avec des éléments de plateforme et un rendu très cinématographique. cela a conduit Visceral Games à passer beaucoup trop de temps à développer des outils pour améliorer le moteur, des outils qui sont utilisés aujourd'hui sur d'autre projet comme Anthem par exemple. Malheureusement, ce genre de travail n'est pas considéré sur le moment par les investisseurs, qui se sont impatientés de ne pas voir de jeu final arriver. C'est ainsi que le projet a été abandonné, et que les studios ont été fermés.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.