person_outline
search

    Game Awards 2022 : Le dossier GOTY de A Plague Tale Requiem

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

Le titre de jeu de l’année (Game of the Year en anglais d’où l’abréviation GOTY) est avant tout honorifique, cela n’empêche pas les débats animés, même plusieurs années après qu’un jeu ait gagné. Cette année, la rédaction de Total-Gamer.com vous propose sa propre analyse du dossier de chaque jeu nommé dans la catégorie jeu de l’année. L’objectif est d’apporter de l’eau à la discussion et au débat en apportant les éléments les plus objectifs possibles. N'hésitez pas à réagir en commentaire, toujours en restant courtois bien évidemment :)

Rencontrer des rats, ce n’est jamais plaisant que ce soit dans le monde virtuel ou réel. Il y a pourtant une licence qui en a fait sa mascotte : A Plague Tale. Après un premier épisode plutôt réussi qui nous mettait dans la peau d’une sœur voulant protéger son petit frère d’une maladie qui le rongeait, voilà que Asobo Studios revient avec un second opus. Celui-ci est une vraie suite scénaristique où la maladie semble gagner du terrain sur le pauvre Hugo, et sa sœur Amicia va tout tenter pour le sauver.

Autres nominations : narration, bande originale, performance de comédien, action/aventure

Les raisons d’être GOTY :

  • L’ambiance
  • Un gameplay d’infiltration sympa
  • Le scénario

Si A Plague Tale Requiem se démarque de ses concurrents au titre de jeu de l’année, c'est dans son ambiance. Malgré le fait que les autres soient aussi très bons dans leur thème, force est de constater que A Plague Tale Requiem assume totalement son côté dégueulasse du XIVe siècle. Des corps humains et des cadavres d’animaux gisent sur le sol pendant que les rats présents par milliers se délectent des différents gardes que l’on aura assommés. Oui, il vaut mieux ne pas avoir peur des rats quand même.

Cet opus sort seulement 3 ans après son prédécesseur et quelle avancé ! Asobo Studio s’est clairement surpassé d’un point de vue technique sur les décors afin de nous faire vivre au mieux ce qui se passe devant nos yeux. Tous les effets sont vraiment incroyables et servent à l’ambiance, comme dis auparavant, impeccable. Un jeu qui rendra mal à l’aise les âmes sensibles !

Mais en plus du côté crado assumé du titre, Asobo Studios a aussi retravaillé l’infiltration du titre. Déjà plutôt cool dans le premier épisode, le gameplay dans cette suite est une vraie évolution avec surtout plus de possibilités pour se cacher et aussi plus de choix possibles pour arriver à nos fins. C’est tout de même assez simpliste mais diablement efficace et c’est le plus important.

On ajoute à tout cela un scénario bien sympa, assez classique dans sa forme initiale mais qui sait devenir tragique, au sens classique du terme. C’est maîtrisé et sans spoiler quoi que ce soit, on peut simplement dire qu’on vous conseille d’aller jusqu’à la fin, qui sait proposer ses moments émotionnels en tout genre et ses scènes marquantes. Un jeu qui pourrait bien vous rester en tête un petit moment.

Les raisons de ne pas être GOTY :

  • Trop jeux vidéo
  • La technique a ses limites
  • Petit studio

Asobo Studio est un petit studio et malheureusement dans la réalisation ça se ressent. Le manque de moyens est palpable et on se demande à certains moments ce qu’ils seraient capable de faire avec un peu plus d’argent en poche. Même si l’ambiance est dingue avec une réalisation des décors presque impeccable, on sent quand même les limites. Les animations sont parfois rigides, les PNJ rencontrés manquent de vie, les cinématiques ont une mise en scène basique et les gros plans bien trop présents. Le reste est tellement beau que du coup ça nous sort complètement du jeu et on est souvent à se demander “mais c’est quoi cette tâche ?”. Bizarrement, c’est le même effet que l’on pouvait avoir sur le premier épisode de la licence…

Même d’un point de vue narratif, les enchaînements sont parfois trop rapides et on ne comprend pas pourquoi on est passé du coq à l’âne en quelques secondes. On se retrouve souvent à se dire “je suis bien dans un jeu vidéo, il n’y a aucun doute”. On ira chercher ceci, cela, et au milieu il y aura des salles d’ennemis, et ainsi de suite ! Un manque de finitions, qui, face aux concurrents, viendra ternir le tableau final.

Capacité à être GOTY : 2/5

Mention : Satanés rats !

Remarques terminales :

Malgré le fait que cette suite soit une réussite dans son gameplay et dans son ambiance, il n’en demeure pas moins qu’Asobo Studios a cruellement manqué de moyens, ce qui rend le jeu presque indépendant sur pleins d’aspect, que ce soit techniquement ou dans sa mise en scène. Face aux mastodontes en face, il n'a presque aucune chance de rivaliser. Mais ça n’enlève rien aux qualités du jeu qui en a dans le ventre !

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.