person_outline
search

    Activision-Blizzard : Plainte sur le rachat

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

Décidément, la situation d'Activision-Blizzard est bien loin de se résoudre, on pourrait même dire que chaque jour ramène son lot d'ennuis qui peint un tableau où tout s'entremêle, et pas d'une façon souhaitable pour l'éditeur américain. Aujourd'hui, nouvelle plainte qui porte cette fois sur le rachat par Microsoft pour quelques 70 milliards, une plainte qui ouvre une autre affaire judiciaire, cette fois-ci dans le Delaware, qui vient en parallèle de l'affaire jugée en Californie.

C'est l'État de New York qui lance la plainte (pour être précis c'est un fond de pension lié à l'état de New York) en accusant Activision-Blizzard, et particulièrement le patron Bobby Kotick, de s'être dépêché de vendre l'entreprise pour échapper à leur responsabilité vis à vis de la plainte pour harcèlement en Californie. Précisément, il est indiqué que la vente aurait été faite à un prix trop bas, dévaluant l'entreprise pour s'en débarrasser ce qui porterait préjudice aux investisseurs. Le prix de 95 dollars par action correspond à peu près au prix en bourse juste avant l'affaire de harcèlement qui a fait chuter le titre, créant une dévaluation qui ne représente pas la réalité de l'entreprise.

Cette plainte permet surtout à l'état de New York de demander des comptes précis sur les négociations de ce rachat, notamment en ayant accès à tous les compte rendus de négociations ainsi qu'aux noms des autres entreprises qui ont fait partie de l'histoire. C'est en fait l'occasion d'accéder à ces documents qui avaient été demandés précédemment sans suite jusque là, reste à savoir ce qu'ils révèleront. L'objectif reste avant tout d'enfoncer Bobby Kotick plus que de faire échouer la transaction mais nul ne sait quelles seront les conséquence de cette histoire.

De son côté, Activision-Blizzard se défend en indiquant que les discussions de rachat remonteraient à plus longtemps et ne seraient donc pas liées à l'affaire de harcèlement. Avec les documents que nous avons eu jusque là, cette version parait difficilement défendable mais la procédure en cours nous permettra peut-être d'y voir plus clair et d'avoir d'autres coulisses.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.