person_outline
search

    [MaJ] Activision-Blizzard : Graves accusations contre Bobby Kotick

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

Nouvel épisode dans la grande affaire de harcèlement moral et sexuel chez Activision-Blizzard, une histoire démarrée il y a plusieurs mois par une enquête de l'État de Californie contre Blizzard et qui a eu de nombreux rebondissements. Le patron d'Activision-Blizzard, monsieur Bobby Kotick, s'était défendu en indiquant ne pas être au courant de ces histoires, ou n'avoir été mis au courant que très récemment, passant pour un idiot pas très compétent auprès des investisseurs, qui avaient alors porté plainte. Cette version est très fortement remise en cause par une enquête du Wall Street Journal, documents à l'appui.

Dans cette grande enquête centrée autour de monsieur Kotick, l'un des patrons les mieux payés des USA, il est révélé que les faits de harcèlement sont connu de la direction depuis plusieurs années. Il est évoqué un mail de menaces de mort contre une employée datant de 2006 ou encore une affaire traitée en interne pour éviter le procès pour viol contre un membre important d'un studio de développement. Les cas se multiplient, chez beaucoup de studios de développement sous l'égide d'Activision-Blizzard, sur plus d'une dizaine d'année avec à chaque fois des affaires connues de la direction et étouffées en interne.

Au milieu de ces histoires, il y a le témoignage de Jen Oneal, qui était devenu co-présidente de Blizzard il y a quelques mois avant de démissionner il y a quelques semaines. Nous apprenons aujourd'hui que madame Oneal, une fois à la tête de Blizzard et en pleine affaire, avait envoyé un mail à sa direction pour rappeler des faits de harcèlement et de comportements déplacés auxquels elle a assistés il y a plus de 10 ans, demandant des explications et surtout que des mesures soient prises pour que cela ne se reproduise plus. Les réponses qu'elle a reçu ont plus conduit à l'inquiéter personnellement, elle a donc décider de quitter son poste pour assurer la sécurité de sa famille.

En réponse à cette enquête, qui viendra grossir le dossier judiciaire, les employés de l'éditeur, regroupés dans le syndicat ABK Workers Alliance, ont annoncé une journée de grève, la deuxième de l'année, pour manifester leur mécontentement. Ils demandent le départ de Bobby Kotick de son poste de président qu'il occupe depuis 1991, époque où il avait racheté la société au bord de la banqueroute pour 400 000 dollars.

Monsieur Kotick a d'ailleurs proposé une réponse officielle, adressée à ses employés et dont une transcription a été proposée sur le site officiel de l'entreprise. Bien évidemment, il indique que les révélations du Wall Street Journal sont fausses sans amener de preuves ou d'arguments pertinents. Il réaffirme pour autant sa volonté de créer un espace sécurisé de travail, indiquant que les changements n'en sont qu'à leurs débuts.

Mise à jour : Les révélations du Wall Street Journal ont ouvert une boite de Pandore sur les pratique récente d'Activision-Blizzard, notamment vis-à-vis de Jen Oneal, co-présidente de Blizzard pendant 3 mois. Une série de documents internes, dont des mails et des échanges professionnels, sont sortis pour éclairer la situation des quelques derniers mois. On apprend notamment que madame Oneal n'était pas payé à hauteur de son collègue co-président, monsieur Mike Ybarra, quand bien même ce dernier réclamait aussi la parité salariale. La raison est au départ administrative, les deux employés ont conservé quelques temps leur statuts d'avant cette nomination à la tête de Blizzard, des statuts différents pour des postes différents, et donc des rémunérations différentes. Pourtant, les nombreuses demandes pour régulariser la situation ont été lettres mortes pendant de nombreuses semaines, Blizzard se décidant à proposer un nouveau contrat à ses deux patron, avec un salaire égal, qu'après la demande de démission de madame Oneal. Dans les documents, on comprend d'ailleurs que cette dernière avait été nommée pour servir de caution féminine en pleine tempête, sans réelles considérations pour ses qualités professionnelles.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.