person_outline
search

    [MàJ] Tripwire Interactive : Des propos qui font reculer des développeurs

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

Le patron de l'éditeur Tripwire Interactive, monsieur John Gibson, s'est exprimé sur Twitter concernant le sujet d'une loi limitant le droit à l'avortement dans l'État du Texas, en indiquant être en faveur de cette mesure, une remarque politique qu'il fait pour la première fois sur un compte relié à son entreprise. Cette déclaration n'a pas fait plaisir aux studios de développement ayant travaillé ou travaillant encore avec l'éditeur, qui se sont eux-même exprimé sur les réseaux sociaux.

Le développeur Shipwright Studios, qui a travaillé sur Maneater ou Chivalry 2, a indiqué ne pas être en accord avec ce point de vue politique et être encore moins d'accord avec le moyen qu'a choisi monsieur Gibson pour exprimer son opinion, jugeant que cela confisquait la parole de tous les collaborateurs de l'éditeur. En réaction, tous les contrats liant Shipwrack Studios à Tripwire Interactive vont être annulé dans les prochains jours à la demande du développeur.

Le développeur Torn Banner Studios, qui a œuvré sur Chivalry 2, s'est lui aussi officiellement prononcé contre la position du patron de son éditeur dans un tweet plutôt protocolaire pour apporter son soutient aux droits des femmes. Le studio n'a pas exprimé de fin de contrat mais indique vouloir s'éloigner de Tripwire Interactive. On notera aussi que d'autres figures du monde du jeu vidéo comme les créateurs Cory Barlog ou Cliff Bleszinski  se sont prononcé contre l'avis de monsieur Gibson.

Mise à jour : L'éditeur Tripwire Interactive, originaire de l'État de Géorgie aux USA, vient d'indiquer que monsieur John Gibson vient de quitter son poste de patron de l'entreprise suite aux remous créés par sa prise de position. Il est remplacé par Alan Wilson, co-fondateur et vice président de Tripwire. Cela devrait au moins ramener le calme autour de cette histoire.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.