person_outline
search

    [MàJ] Activision Blizzard : Des investisseurs secoués

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

Comme tous les autres éditeurs, Activision Blizzard doit passer devant ses investisseurs pour discuter des résultats financiers du trimestre écoulé. Sauf qu'en ce moment, ce sont plus les problèmes de harcèlement chez Blizzard qui occupent l'esprit des financiers et la réunion a été le moment de faire un point sur la situation. Et la situation est bien loin d'être réglée.

Comme pour la vraie réunion, on va vite évacuer les résultats économiques. Une petite basse dans les joueurs connectés aux jeux Activision, Blizzard ou King par rapport à la même période l'année passée, et une petite perte de revenus, respectivement à 789 millions de dollars, 433 millions de dollars et 635 millions de dollars en chiffre d'affaire pour des revenus nets de 363, 141 et 248 millions de dollars. La stratégie à venir consiste donc à aller chercher de nouveaux joueurs sur toutes les plateformes.

Mais très vite, la discussion à tournée autour de l'affaire de harcèlement, avec le patron monsieur Bobby Kotick n'hésitant pas à répondre frontalement aux questions des investisseurs. Des mesures seront prises à l'avenir pour assainir les conditions de travail, avec l'arrivée de l'entreprise judiciaire WilmerHale pour accompagner les employés dans leurs démarches ainsi que pour mener un audit indépendant.

Sauf que cette entreprise ne satisfait pas les employés, qui se sont réuni dans une structure créée pour l'occasion, nommée ABK Workers Alliance. En cause, les liens étroit pré-existants entre WilmerHale et la direction d'Activision ainsi que la propension de l'entreprise, dans ses actions passées, à décourager les prises de position des employés, préférant un règlement moins bruyant et dérangeant des problèmes.

Surtout, ce sont les investisseurs eux-même qui sont monté au créneau en assignant l'éditeur en justice pour mensonge ayant entrainé une perte de valeur financière. Certains financiers estiment que la tête du groupe ne pouvait pas ignorer la situation de harcèlement et l'a donc caché consciemment. Dans le cas contraire, ce serait une preuve d'incompétence manifeste ce qui ne représente pas non plus un axe de défense souhaitable pour monsieur Kotick.

Mise à jour : Dans la suite de l'affaire de harcèlement autour de Blizzard, différents sponsors des compétitions de jeux édités par Activision Blizzard ont décidé de renégocier sur le champs leurs contrats, tout en donnant des consignes aux joueurs et diffuseurs de couvrir leurs noms lorsqu'ils sont visibles à l'image. On parle de l'opérateur mobile T-Mobile, de Coca Cola et de l'assurance américaine State Farm. Les compétitions visées sont la Overwatch League et la Call of Duty League.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.