person_outline
search

    Google Stadia : Fermeture des studios de développement

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

On tient déjà notre première bombe de l'année jeu vidéo : Google ferme sur le champs ses studios de développement à Los Angeles et Montréal qui avaient pour but d'alimenter sa plateforme Stadia en exclusivités. L'information nous est tombée dessus sans qu'on puisse la prévoir, associé au licenciement sur le champs de 150 développeurs et au départ de Jade Raymond, qui avait été justement recrutée pour piloter l'ensemble de ces studios de développement.

Phil Harrison, patron de Stadia et vétéran de l'industrie du jeu vidéo, indique par ailleurs que Stadia continue d'exister mais change son approche. Pour le futur, la plateforme va chercher à nouer des partenariats avec des éditeurs tiers plutôt que développer ses propres projets. L'entrée de Google comme acteur majeur du jeu vidéo aura donc durée un peu plus d'une année avant que tout le projet tombe à l'eau. C'est donc une entreprise de poids, capable de mobiliser des moyens financiers colossaux, qui décide de jeter l'éponge du monde du développement de jeu.

Dans les premières remarques, on peut noter celle d'Alex Hutchinson, développeur au studio de Montréal, précédemment chez Ubisoft sur Assassin's Creed 3 ou Far Cry 4 mais aussi chez Maxis sur Spore, et qui a appris la nouvelle de la fermeture de son studio en direct comme tout le monde. Dans le tweet que vous retrouvez ci-dessous, il indique que la news tombe au moment de la ressortie de son jeu Journey to the Savage Planet en édition "employé du mois", une coïncidence qu'il trouve ironique. Les premiers bruits issus d'employés indiquent une ambiance de travail loin d'être au meilleur depuis déjà plusieurs mois, l'information n'est donc pas vécu comme une grande surprise de l'intérieur.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.