person_outline
search

    Ubisoft : Le harcèlement révélé

  • Actus jeux vidéo
  • Mis en ligne le

Croyez-bien qu'on préfèrerait vraiment écrire sur d'autres sujets et que, malgré nos tacles amusés habituels, nous n'avons rien a priori contre l'éditeur et développeur français Ubisoft. Après les révélations de la semaine passée et les mesures officielles prises vis à vis de cas de harcèlement moral et sexuel, on pensait avoir en face de nous une affaire liée à quelques individu au comportement pour le moins suspect. Une enquête du journal Libération révèle que le problème est beaucoup plus profond et beaucoup plus grave, et nous avons estimé important de vous en parler.

Une vingtaine d'employés d'Ubisoft, pour certains d'anciens employés, ont accepté de témoigner sous un complet anonymat pour révéler la politique interne de l'équipe concernant le harcèlement, spécialement au siège français à Montreuil. Les personnes incriminées sont celles dont les noms sot précédemment sortis dans la presse, des personnes haut placées protégées par leur position stratégique. Cela va même plus loin puisqu'il sont considérés comme des "talents", comprenez par là des personnes qu'il ne faut pas laisser partir chez la concurrence et qu'il faut protégé à tout prix. On se retrouve alors dans une situation ou plusieurs personnes, hommes comme femmes, ont eu à affronter des comportements plus que déplacés, répréhensible par la loi française notamment depuis Janvier 2019, et qui ont eu une fi de non recevoir en guise de réponses à leurs histoires de la part des ressources humaines.

L'article évoque aussi le message envoyé récemment et les actions que l'on a relayé ces derniers jours pour appeler à prévenir ce genre de comportement à l'avenir. Des personnes encore en poste indiquent que ce n'est que du vent et qu'en interne, les quelques services d'assistance et d'inclusion auprès du personnel ne sont là que pour faire de la communication. Rappelons aussi que ces questions de harcèlement touchent les antennes canadiennes ou allemandes du groupe qui compte 15 000 salariés, ce ne sont donc pas des problèmes ponctuels dans le temps et dans l'espace, mais bien d'une crise majeure et globale.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.