person_outline
search

    Mois-Sonneur #62 : Quelle réaction face à Stadia ?

  • Mois-Sonneur
  • Mis en ligne le

Nouveau Mois-Sonneur, après un mois de Mars 2019 très chargé. Au cœur de l'actualité, la GDC, bien évidemment, mais pas que. L'année 2019 continue à toute allure et pourrait bien représenter un pivot dans l'histoire du jeu vidéo. On a notamment appris l'arrivée de Google Stadia, une plateforme que certains ont présenté comme le croque-mort des consoles traditionnelles. Ce n'est pas vraiment notre point-de vue chez Total-Gamer, comme vous pouvez vous en rendre compte dans le billet ci-dessous qui accompagne le Mois-Sonneur #62. Comme toujours, n'hésitez pas à commenter et à donner votre point de vue.

Quelle riposte face à Google ?

Google a enfin levé le voile sur ses intentions lors de la GDC 2019 en dévoilant Stadia, une plateforme à la fois tournée vers les créateurs, les joueurs et les spectateurs de contenus sur internet, en particuliers de vidéos sur Youtube. Je pourrais ici faire un point complet et détaillé sur ce que l’on sait de ce nouvel acteur dans l’industrie vidéo-ludique, mais d’autres l’ont déjà beaucoup trop fait sur internet. Et même si vous préférez le style Total-Gamer, un article a été rédigé au moment de l’annonce, et l’analyse que nous avions fait dans le Mois-sonneur #58 en Novembre 2018 n’était déjà finalement pas loin de tout ce qui a été dit plus récemment par d’autres.

Lors de la présentation, plusieurs observateurs, notamment sur les réseaux sociaux, ont brandi la menace de la fin des consoles de jeu. Et sans entrer dans une vision trop binaire, c’est vrai que c’est une des question qui est vite apparue : que vont faire les constructeurs, Nintendo, Microsoft et Sony, face à ce nouveau challenger et sa technologie qui a tout pour incarner un grand bouleversement ? C’est sur cette question que je vais me poser aujourd’hui.

Tout d’abord, il y a la réponse officielle. Seul Microsoft a publié un communiqué. Pour faire court, l’Américain n’a pas du tout été impressionné et a même dit que cela le confortait dans sa politique actuelle. On se souvient de la première présentation de la Xbox ONE qui avait fait un tollé parce qu’elle était tout le temps connecté au cloud, autre temps, autre mœurs. Le constructeur devrait d’ailleurs proposer un terminal de ce genre dans les prochains mois, si on croit aux rumeurs du moment.

Si les autres n’ont pas répondu, nul doute qu’ils ont tous suivi la présentation et qu’ils doivent plus ou moins se joindre au communiqué de Microsoft. Pour Nintendo d’abord, parce que les deux entreprises semblent travailler ensemble, peut être pour un partenariat dingue permettant de jouer aux deux catalogues indépendamment de la marque de la console. Pour Sony, les premières rumeurs autour de la PS5 parlaient déjà de cloud gaming, rien de nouveau par là.

Ce que cela signifie, ce n’est pas que les constructeurs du moment avaient tout prévu, c’est plutôt que Google a bien senti le mouvement. Cela ne change pour autant pas vraiment la philosophie derrière, à savoir le jeu sur console face au jeu sur PC. La différence est énorme entre jouer dans un fauteuil confortable, posé tranquillement, ou sur son ordinateur, plus proche de son écran, et parfois même en remplaçant la manette par le combo clavier-souris. Google s’adresse avant tout aux joueurs PC, qui pourraient bien voir leur écosystème évoluer.

Cette “révolution” Stadia se fait d’ailleurs en parallèle de la monté de l’Epic Games Store, l’acteur du jeu PC devenu incontournable en cette année 2019. Il faudra très certainement un abonnement pour jouer sur Stadia, avec un catalogue défini de jeux. On comprend donc assez rapidement qu’Epic Games pourrait sortir sa propre plateforme, ou s’associer à Google, comme il le fait déjà pour son moteur, le célèbre Unreal Engine, qui intègre déjà le nouveau challenger venu du cloud. Cette relation entre les deux entités sera à surveiller, tout en gardant à l’esprit qu’il s’agirait d’un rapprochement entre Google et Tencent, le géant du Net américain et le géant du Net chinois.

Ce nouveau challenger de poids devrait tout de même avoir un impact sur les structures plus petites. Toutes les propositions de console façon Steam Machine vont sombrer dans l‘oubli, sans aucune chance. Même chose pour les plateforme de jeu sur PC qui étaient déjà fragilisées par l’Epic Games Store, elles devraient fermer plus vite qu’on ne le pense. On se dirigerait alors vers un monopole plus grand que n’en a jamais connu cette industrie.

Il reste tout de même une partie de l’équation qui aura son mot à dire, et dont on ne peut pas complètement prédire l’avis : les développeurs. La présentation de Stadia leur était dédiées car ce sont eux qui décident. Cette affirmation pourrait paraître étonnante à une époque où les éditeurs semblent pouvoir tout imposer, comme une exclusivité sur l’Epic Games Store. Sauf qu’un vent de contestation est né ces dernières années, c’est un fait. Destiny s’est repris en main après avoir attaqué Activision en justice, les jeux PS4 tel que God of War ou Horizon Zero Dawn sont loués après des batailles de créateurs pour imposer leurs idées et les révélations sur certaines pratiques dans l’industrie ont fait vaciller du monde.

Les joueurs, ou au moins une partie qui n’est plus négligeable, sont à l’écoute de ces créateurs et sont prêts à les suivre. Ce que cela signifie, c’est qu’une voie indépendante sera possible à côté des mastodontes. Les Call of Duty et autre Fifa continueront de se vendre par palette, en s’adaptant aux pratiques commerciales imposées en partie par Google. Mais il y aura toujours une place pour que les autres jeux existent. Rien que pour cela, on peut affirmer que Google n’a pas tué les consoles. Il a simplement peut-être modifié le jeu sur PC.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.