person_outline
search

    Mois-Sonneur #61 : Que change l'Epic Games Store ?

  • Mois-Sonneur
  • Mis en ligne le

Nouveau Mois-Sonneur et on revient sur l'actualité de Février 2019. De façon étonnante, le mois a été très mouvementé, entre la découverte Apex Legends et la prise de pouvoir de l'Epic Games Store, qui attaque franchement Steam. C'est d'ailleurs le sujet de la question du jour, qui est traité dans un petit billet ci-dessous. Comme toujours,n'hésitez pas à commenter pour donner votre avis.

À quel jeu joue Epic Games ?

Les joueurs PC ont souvent eu l’attitude de l’élite face aux joueurs consoles. Le clavier-souris serait supérieur à la manette, les jeux seraient en meilleure résolution sur ordinateur, avec plus d’images à la secondes, ce qui offrirait de fait de meilleurs jeux. Et puis les joueurs consoles étaient ceux qui se battaient entre-eux pour soutenir leur marque préférée, Nintendo contre Sega il y a 30 ans, Sony contre Nintendo il y a 20 ans, et Sony contre Microsoft ces dernières années. Les joueurs PC avaient tendances à se considérer au dessus de cela, de ces basses histoires et de ces considérations superficielles.

Bien évidemment, tous les joueurs PC ne rentrent pas dans cette case pleine de clichés et d’un peu de mauvaise fois. Toujours est-il que le jeu sur ordinateur avait tout de même une place à part, avec, ces dernières années, une plateforme en position de domination contrôlant le marché du jeu vidéo. Je parle ici de Steam, la plateforme de Valve, qui semblait il y a encore quelques moins, indéboulonnable. Et puis, tous les royaumes finissent un jour par tomber.

Lorsqu’Epic Games a annoncé se lancer dans la plateforme de jeu sur PC, avec l’Epic Games Store en fin d’année 2018, beaucoup leur ont souhaité bien du courage pour se faire une place face à l’ogre de Valve, et aux autres plateformes plus petites mais bien installées, à l’image de GOG. Sauf qu’après une semaine, des jeux étaient déjà offerts aux joueurs et des indépendants annonçaient déjà leur exclusivité sur ce nouveau challenger. Une situation qui s’est accélérée, qui s’est emballée même, avec l’annonce d’exclusivité par Ubisoft puis pour Metro Exodus, a seulement quelques jours de sa sortie.

cette dernière bombe a d’ailleur surpris tout le monde. D’abord Valve, qui doit quand même garder le jeu sur ses serveurs pour les pré-commandes, puis THQ Nordic, possesseur de Deep Silver qui édite le jeu et a pris cette décision seule. Par communiqué interposés, tout le monde a tenté de s’expliquer, de donner son point de vue mais la masse des joueurs n’écoutait déjà plus. Un gros jeu, ambitieux, acclamé, venait de quitter Steam avant sa sortie. Une opération que l’on aurait qualifié de suicide il y a quelques mois, et qui tient aujourd’hui presque du coup de génie.

La question qui s’impose est : pourquoi ? La réponse est simple et souvent la même dans cette industrie : l’argent. Epic Games assure 88% des revenus redonnés aux éditeurs. C’est beaucoup plus que sur Steam, où un jeu qui dépasse le million ne récupère que 70% de l’argent mis par les joueurs. Et pour les indépendants, qui vont réalisés quelques milliers de vente au maximum, le ratio est encore moins bon chez Valve, alors qu’il est constant chez Epic. Le calcul est vite fait, un calcul qu’a d’ailleur aussi fait Ubisoft, pas les derniers pour aller chercher de la rentabilité maximale ces derniers temps.

La seconde question qui vient est : comment ? Comment Epic Games, qui vient de lancer sa plateforme et doit donc payer des serveurs, des ingénieurs et des techniciens pour ce service, peut-il avoir cette politique aussi agressive ? La réponse tient en deux mots : Fortnite et Tencent. Tout d’abord, le succès du Battle Royal est au-delà de ce que l’on a pu voir dans le jeu vidéo jusque là. Oubliez Minecraft, Call of Duty ou GTA 5, on a ici un jeu qui a ramené 3 milliards de dollars à la petite structure qu’est Epic Games. C’est presque plus qu’en combinant Activision, Electronic Arts, Ubisoft et Take-Two sur l’année 2018.

Cette assise financière, sur un produit qui demande extraordinairement peu de dépenses, a donné des ailes au développeur. Avec sa plateforme, il ne se fait à l’heure actuelle pas beaucoup d’argent. Mais il attire tous les regards, toutes la lumière, et met la main sur la gestion complète du marché sur PC. Un énorme coup qui pourrait le rendre maître du jeu dans les mois à venir. Et c’est là que rentre Tencent.

Le géant chinois s’infiltre dans le jeu depuis quelques années mais il a mis un coup de boost sur sa stratégie en 2018. La société détient quasiment la moitiée d’Epic Games, possède des parts chez Activision-Blizzard et Ubisoft, détient Riot Games, développeur de League of Legends, et collabore même avec Electronic Arts, par exemple sur Apex Legends et un portage en Chine. Les ramifications vont partout et on comprend que l’entreprise veut devenir seule commanditaire du marché mondiale du jeu vidéo. Avec cette plateforme, elle pourrait déjà contrôler le monde du PC.

Parce que c’est bien de cela dont il est question. L’Epic Games Store ne fait pas dans l’humanitaire, il compte bien détruire ses adversaires un à un, et le plus vite possible. La guerre est maintenant ouvert avec Valve, mais aussi avec les autres, à coup de changements de politiques commerciales, soit pour garder les joueurs, soit pour attirer les développeurs. Certaines plateformes annoncent même pouvoir reversée 95% des ventes aux éditeurs, car garder des codes de jeu sur des serveur ne serait pas si couteux que cela.

On en revient à l’introduction de cet article car c’est la réaction des joueurs qui a donné l’indication que la guerre était lancée. Comme du temps des guerres de console, où chacun défendait sa paroisse tout en essayant de brûler celle de l’autre, des fans se sont lancé dans un combat contre Epic Games de façon générale. Les jeux étant exclusive à la nouvelle plateforme se font insulter en masse sur les réseaux sociaux, les séries comme Metro prennent des critiques ultra-négatives sur la plateforme Steam pour montrer le désaccord et Fortnite est pointé du doigt comme le jeu du Diable. L’arrivée d’Apex Legends a d’ailleurs permis de détrôner Fortnite de sa place de roi des réseaux sociaux, une petite victoire pour certains.

Sauf qu’en fait, non, ce n’est pas une victoire. Favoriser Electronic Arts en signe de protestation contre Epic Games, c’est idiot. Et cette guerre est idiote, du point de vu des joueurs. Les plateformes en question sont gratuites, ça ne change donc rien d’avoir son jeu sur la plateforme A ou la plateforme B. La seule différence est de savoir qui a le contrôle des jeux, mais dans ce cas, et pour combattre cette pratique qui consiste à n’avoir son jeu qu’en location, il aurait fallu se tourner vers une plateforme comme GOG, qui propose de télécharger la majorité de son catalogue, sans avoir besoin de passer par sa plateforme.

Sauf que GOG est justement l’un des premiers touché par cette guerre. La structure montée par CD Projekt RED a augmentée sa rémunération aux éditeurs, ce qui a plombé ses comptes. La situation est alarmante d’après des rapports internes et on pourrait bien se diriger vers une fermeture du service. On découvrirait alors un autre problème, que deviennent les jeux qui sont obligatoirement liés à la plateforme, The Witcher 3 en tête.

Et cette question pourrait bien se poser à plus grande échelle si Steam venait à fermer. Pour le moment, cet horizon paraît lointain et peu probable, mais il paraissait impossible il y a 3 mois seulement. Et c’est pour cela que certains se battent : ils sentent bien que le nouveau challenger n’est pas venu faire de la figuration. Pour le moment, Steam cherche la parade et a encore de la réserve. On imagine toutefois mal une situation d’équilibre avec les deux plateformes cohabitant sur le long terme. Le roi Steam pourrait bien tomber, et ouvrir une nouvelle ère sur PC. Quant à savoir ce que cette nouvelle ère nous apportera, seul l’avenir nous le dira.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.