person_outline
search

    Mois-Sonneur #89 : Comme résumer l'Été 2021 ?

  • Mois-Sonneur
  • Mis en ligne le

L'Été est fini, au moins dans le monde du jeu vidéo. De tradition, cette période est plutôt calme du coté des informations, avec quelques moments forts auxquels on se raccroche pour bien tenir à quelque chose. Dans ce nouveau Mois-Sonneur, en plus de revenir sur le infos importantes du mois d'Août 2021, nous allons autopsier cet Été jeu vidéo, avec le traditionnel billet un peu plus long ci-dessous. Comme toujours, n'hésitez pas à commenter ou à partager.

Les temps changent

Depuis presque 1 an et demi, la normalité a volé en éclat à cause d’une satanée maladie et dans le monde du jeu vidéo, cela s’est traduit par de gros changements dans la communication des studios, et l’abandon des rendez-vous habituels. La situation semble s’améliorer mais nous sommes loin d’un retour à la normale ; c’est dans ce contexte que l’industrie s’est fait de nouvelles marques au cours de cet Été, et c’est de cela dont nous allons parler ici.

Dans l’urgence, pour contrer une situation qui partait dans tous les sens, Geoff Keighley avait inventé en 2020 le Summer Game Fest, que nous avions commenté il y a 1 an et qui a fait son retour en 2021, avec beaucoup de promesses pour donner un cadre à la communication dans le jeu vidéo. L’initiative s’est terminée lors du lancement de la Gamescom 2021 et le bilan est très simple à dresser : 1 soirée de lancement sympathique puis plus rien, du moins officiellement. Officieusement, la conférence Annapurna Interactive Showcase et l’opération Xbox Demo Game Fest étaient issues de ce Summer Game Fest, mais nous n’avons trouvé aucune mention précise lors de ces évènements.

On a donc subi un Été très morne après un E3 sympathique mais sans grandes envolées, et seulement quelques communications éparses pour occuper la case info, finalement proche d’une année habituelle. Sauf que nous ne sommes toujours pas dans une année habituelle et que ce manque de communication n’est pas dû à une période de vacance, mais à une période d’incertitude autour de la nouvelle génération de console, à laquelle on ajoute de nombreux retards de développements qui commencent à coûter cher. Avec tout cela, on attendait fébrilement la Gamescom 2021 comme le sauveur de notre Été, et le lanceur d’une nouvelle belle vague de grands jeux dont nous aurions bien besoin.

Et le salon Allemand, deuxième plus grand rassemblement du monde du jeu vidéo, est arrivée avec une jolie soirée de lancement ; deux heures de show, dont une dernière demie-heure en trop, mais avec de nombreuses annonces, un très bon rythme, de la cinématique, un peu de gameplay, pas de développeur pour nous tenir la jambe pendant des heures (celle-ci est pour Microsoft et sa désastreuse conférence de la Gamescom 2021), quelques petites pauses qui nous ont faites sourire, des news qui avaient fuitées en avance, bref, une conférence comme on les aime. De quoi annoncer un grand salon.

Et puis, plus rien, remballez, il n’y a rien à voir. Le salon était entièrement à distance pour raisons sanitaires et aucune plateforme n’a été mise en place pour rassembler les gens et offrir un espace médiatique, notamment aux plus petits studios. Résultat, aucuns gameplay sortis par les journalistes habituellement sur place et personne pour nous faire quelques annonces, dans un temps traditionnellement occupé par les plus petits studios. Tout juste a-t-on eu des nouvelles d’Elden Ring et trois pauvres artworks pour Starfield, une moisson bien maigre.

Comment expliquer ce raté ? Et bien il semble que les éditeurs ont repris le contrôle du temps, au détriment des grands rassemblements d’avant. À l’ère d’internet et surtout des réseaux sociaux qui vont à toute allure, Twitter en tête, il n’est plus rare de voir une conférence ou une communication être annoncée au dernier moment, trois jours à peine avant la date du show. Et le public y répond sans avoir besoin d’attendre des grands rendez-vous, qui, à distance, n’apportent rien de plus qu’une vidéo pré-enregistrée et bien montée.

Le meilleur exemple de cette nouvelle communication qui s’affranchit des vieux cadres est la communication d’Electronic Arts tout au long de l’Été. On a d’abord crié à l’hérésie quand on a appris qu’il n’y aurait pas d’E3 contre une série de communications spécialisées par genre de jeux, et une conférence mi-Juillet. Et finalement, si tout n’est pas du grand art, l’éditeur sort gagnant de ces derniers mois en ayant maîtrisé sa parole sur Fifa ou sur Battlefield 2042, jusqu’à proposer l’une de ses meilleures conférences de ces 10 dernières années.

La morale de cette histoire, c’est que l’industrie du jeu vidéo s’est adaptée à la situation, entre Covid-19 et nouvelle génération de console qui peine à convaincre. De l’autre côté, les vieilles institutions peinent à se réinventer face à ces nouvelles conditions. La grande question, c’est que se passera-t-il lorsque les choses reviendront à la normale, à commencer par le sanitaire. Nous pourrons reprendre les rassemblements en personnes, est-ce que les éditeurs accepteront de revenir avec du gameplay lâché face à la critique de tous ? On peut penser que les expérimentations que nous venons de vivre en quelques mois aient des répercussions à plus long terme, et changent nos habitudes dans notre façon d’attendre les informations sur nos jeux préférés. Mais comme souvent, seul le temps nous permettra de répondre à nos interrogations.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.