person_outline
search

    Mois-Sonneur #87 : Alors, cet E3 2021 ?

  • Mois-Sonneur
  • Mis en ligne le

Après plus d'une année chamboulée par le Covid-19, le monde du jeu vidéo a un peu repris ses marques avec le retour de l'E3. On ne pouvait pas passer à coté du salon et on le débriefe tranquillement ce mois-ci. Comme toujours, n’hésitez pas à commenter et à partager.

Always look on ...

Chose promise, chose due, je vais m’amuser dans les paragraphes qui suivent à revenir sur l’E3 2021, comme de tradition après le salon. Mais si, souvenez-vous, au milieu du mois de Juin, le monde du jeu vidéo s’est retrouvé en ébullition pendant 3 jours avec des avis toujours très nuancés sur les réseaux sociaux et une pelletée d’infos comme on en n’avait plus eu depuis des mois, et même peut-être des années. Et malgré ce que vous pouvez penser, la dernière proposition de ma précédente phrase est sûrement vraie.

Si on reprend par le début et par l’évident, l’E3 2021 ne restera pas dans les mémoires aux côtés des meilleurs moments de ce rendez-vous devenu habituel. La faute à un très faible nombre d’annonces par rapport aux années précédentes avec des gros qui ont joué leur partition au minimum syndicale et des petits qui se sont contentés de faire de la figuration. Mais, soyons honnête, tout ceci ne fut pas surprenant, la preuve avec le précédent Mois-Sonneur dont les prédictions les plus pessimistes se sont révélées malheureusement les plus précises.

Dans le détails, Microsoft et Nintendo ont tenu leur rang en oubliant les surprises à la maison. Forza Horizon 5, Stalker 2 ou Starfield d’un côté, Metroid Dread et Zelda Breath of the Wild 2 de l’autre, c’est toujours ça de pris. Mais l’industrie change et les constructeurs ont avant tout placé des pions politiques. Microsoft met en avant son Game Pass plutôt que sa nouvelle génération quand Nintendo élude complètement la question d’une Switch Pro.

La plus grosse déception est venue des autres, les éditeurs tiers dont beaucoup organisait une conférence pour la première fois. Rien à se mettre sous la dent, ou presque, Ubisoft a déroulé un programme connu à l’avance et insipide et les autres ont juste pris une heure de temps pour ne rien dire, ou presque. Seul Square Enix, déjà habitué du salon, avait Babylon’s Fall, Strangers of Paradise et Marvel’s Guardian of the Galaxy dans ses caisses pour nous réjouir. On notera quand même une conférence Devolver Digitale plus intéressante que d’habitude puisque présentant vraiment quelques nouveaux jeux.

La déception est toute relative puisqu’on se préparait tous à un E3 en retrait, au milieu de temps incertains. Malgré tout, la liste des absents est longue, uniquement pour les projets déjà connus qu’on aurait bien aimé revoir. Fable, Everwild, Metroid Prime 4, Bayonetta 3, Skull and Bone, Beyond Good and Evil 2, Final Fantasy 16, etc. Si vous ajoutez à cela quelques nouveautés bien senties, on change complètement la lecture du salon passant du pire au meilleur, ou presque.

Enfin, soyons honnête et prenons un peu de recul, on a déjà connu pire, notamment au milieu des années 2000, lorsque le salon avait failli disparaître, se délocalisant à Atlanta et multipliant les communications de chiffres de vente au détriment des grosses annonces. Et on aurait connu meilleur aussi, l’absence de Sony nous empêche déjà de profiter d’un combat des chefs toujours amusant à observer.

Il convient aussi de noter que le salon a essayé de se réinventer, la faute aux conditions sanitaires. La plateforme de centralisation et de visite virtuelle des stands a été un immense raté, même du côté “presse” de l’histoire. L’idée n’est pas mauvaise mais la réalisation demande encore beaucoup de travail. Un constat assez similaire pour le format en 3 jours, finalement allongé à 5 jours, avec la volonté de densifier les conférences et donc les annonces. On a manqué d’une bonne organisation et d’une bonne communication sur le programme, et on a tous autre chose à faire que rester connecté 24h sur 24 sur un stream où il va potentiellement se passer quelque chose.

Malgré tout ça, ne boudons pas notre plaisir. Je ne retourne pas ma veste et j’ai déjà bien râler dans ce billet d’humeur ; certainement moins que certains sur les réseaux sociaux mais j’ai reproché ce que j’avais à reprocher. Sauf qu’il faut bien avouer que nous avons tous été contents de retrouver notre rendez-vous préféré, surtout après des mois de disette ; essayer de me trouver 3 jours ou même une semaine d’informations importantes dans le monde du jeu vidéo sur les 16 derniers mois, vous n’y arriverez pas. Au mieux, la soirée des Video Game Awards, l’ouverture de la Gamescom et c’est tout. Pas de GDC depuis 1 ans, aucun salon majeur ou mineur et une nouvelle génération de console qui n’arrive toujours pas à fédérer, les motifs de satisfaction n’ont pas été nombreux.

L’E3 2021 n’a donc pas été un grand salon et n’aura pas créé beaucoup de moment très marquant. Mais on a retrouvé l’E3 en 2021 et c’est déjà une bonne chose, voilà pourquoi l’édition de cette année restera dans les mémoires. On croise quand même très fort les doigts pour avoir plus de motifs de satisfaction l’année prochaine.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.