person_outline
search

    Mois-Sonneur #82 : Qu'attendre de 2021 ?

  • Mois-Sonneur
  • Mis en ligne le

On reprend 2021 avec les Mois-sonneur, votre dose mensuel d'actu du jeu vidéo et de la culture gamer. Et comme chaque année, on a sorti la boule de cristal pour tenter de deviner le futur. Retrouvez ci-dessous la vidéo puis le billet de blog un peu plus complet pour les plus lecteurs d'entre vous.

En 2021, tout commence

Si vous nous suivez depuis quelques années, vous savez qu’on aime bien jouer les diseurs de bonne aventure dans le premier Mois-Sonneur de l’année. Et vous savez aussi qu’on ne commence pas à parler de l’année à venir tant qu’on n’a pas débriefé, même très rapidement, l’année que l‘on a quitté. Petit point sur 2020 en comparant avec les prophéties que j’énonçais il y a 1 an.

On va couper le suspens tout de suite, bien évidemment que 2020 a été marqué par la pandémie de Covid-19, y compris dans le monde du jeu vidéo. Conférences annulées, communication repensée, travail à la maison qui amène reports et conditions de travail dégradées, des conditions déjà pas au meilleur, et tout cela nous a fait une année au rythme étrange. Pourtant, tout n’est pas imputable à ce virus, loin de là.

Il y a 1 an, je prédisais une année de transition, avec des nouvelles consoles comme point d’orgue mais aussi comme maître du temps. Et puisque cette nouvelle génération s’est lancée sans grand entrain, personne n’a su sortir de sa torpeur. Comme prévu, les grands éditeurs sont restés sur leurs gardes, et les entreprises de bonnes tailles mais pas tout en haut ont souffert, à l’image du rachat de Bethesda par Microsoft ou de Codemasters par Electronic Arts.

On attaque ainsi 2021 avec de nouvelles machines à vendre, l’énorme raté de Cyberpunk 2077 encore dans tous les esprits et pas beaucoup d’entrain globalement. Tout ceci est notamment symbolisé par la sorte de The Medium, premier jeu officiellement pour la Xbox Series X et qui laisse tout le monde indifférent, ou encore les sorties de Hitman 3 ou Resident Evil 8 qui se font aussi sur PS4 et Xbox ONE, comme si 2020 n’avait pas existé.

Dans ce contexte, je crains de devoir faire la même prédiction que l’année passée, à savoir que 2021 sera une année de transition où on aura bien du mal à s’emballer. Cette nouvelle génération n’est décidément pas prête et personne n’a d’ailleurs préparé quoi que ce soit côté jeux. Microsoft joue la carte du cross-gen pendant encore deux ans, une ligne que Sony semble vouloir suivre selon ses dernières communications plus ou moins officielles. La claque du futur devra donc attendre, un peu comme en 2014 où la première année des PS4 et Xbox ONE avait accouché des déceptions Watch Dogs, Titanfall et Destiny.

Du côté des éditeurs tiers, la situation n’est pas forcément plus reluisante. Le quatuor de tête, composé d’Activision, Electonic Arts, Ubisoft et Take Two n’a pas grand chose dans ses manches et joue plutôt la course à l’armement pour le long terme. On achète des studios, on signe des contrats d’exploitations pour différentes licences, on réorganise ses équipes et on dépose des brevets, mais pas grand chose de concret et de très novateur pour les 12 prochains mois. Chacun va jouer ses poncifs qui lui rapportent tant, et il faudra s’en contenter.

Si on regarde le reste du panier, la situation est très compliquée à déchiffrer, avec de bons résultats financiers dans l’ensemble, mais très peu d’ambition. Les Square Enix, Bandai Namco, THQ Nordic et autres Capcom se cherchent un nouveau souffle et, en attendant, nous ressortent leurs vieilles recettes, sans y mettre beaucoup d’envie. Tout cela coïncide aussi avec une grosse vague généralisée de départ de personnes importantes, dans le métier depuis 20 ans et qui laissent la place à une nouvelle génération de créateurs qui doivent maintenant s’imposer.

Pour que le tour soit complet, il nous reste les indépendants, de plus en plus gros et dont on ne peut pas prévoir grand chose. C’est encore vers eux qu’il faudra se tourner pour avoir de nouvelles expériences, sans être sûr de rien. On trouve aussi de plus en plus de petites entreprises qui reprennent les recettes connues et tentent une adaptation sans grande ambition, ça nous fait au moins des petits jeux cool pour nous aider à accepter les temps de confinement. Et personne n’est à l'abri d’un effet Fall Gys ou d’un effet Among Us, c'est-à-dire un jeu qui émerge de nul part, ou un jeu qui émerge du passé.

Enfin, un petit mot administratif, parce que les coulisses du jeu vidéo ne dorment jamais. Si Microsoft a joué le rôle du dépensier de service ces derniers temps, le constructeur américain devrait se calmer cette année. C’est à la fois une prévision et un conseil car ce n’est pas tout d’acquérir des développeurs, encore faut-il en faire quelque chose. Toujours dans le rôle des paniers percés, Tencent devrait continuer son entreprise d’emprise globale sur l’industrie, quand bien même le géant chinois commence à avoir une tentacule dans tous les recoins. On ne sera pas surpris de voir une grosse acquisition réalisée cette année ; là aussi on attendra de voir comment tout cela va s’agencer et quel sera l’impact sur nos jeux.

2021 devrait donc beaucoup ressembler à 2020 dans le monde du jeu vidéo, et ce n’est pas forcément ce qu’on aurait voulu. Souvenons-nous tout de même que les précédentes années en creux nous avaient toujours apporté des choses bien sympa en y repensant à posteriori. On peut penser à 2014 sur laquelle nous avons fait un Ranking, mais plus récemment 2019 et son duo Disco Elysium/Baba is you qui vaut clairement le coup d'œil. Cette année, essayons de repérer ces pépites tout de suite, et nous passerons une bonne année.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.