person_outline
search

    Mois-Sonneur #78 : Que retenir du Summer Game Fest ?

  • Mois-Sonneur
  • Mis en ligne le

Un Mois-Sonneur presque normal, ça mérite d'être mentionné dans une année 2020 qui n'a fait que nous surprendre. Rassurez-vous, toutes les infos ne sont pas bonnes pour autant et la sujet du mois est plutôt surprenant puisqu'on parle du Summer Game Fest. Comme d'habitude, vous retrouvez ci-dessous la vidéo puis un billet plus complet sur la question du mois. Et n'hésitez pas à commenter !

Un presque Été, un presque festival, et presque des jeux.

L’année 2020 a vite commencé avec une volonté d’évolution de la part de l’E3. On en a beaucoup discuté, plusieurs idées sont venues et le producteur et présentateur Geoff Keighley s’en est mêlé pour appeler à un salon plus numérique, plus décentralisé, allant jusqu’à retirer son émission E3 Coliseum. Les évènements vont finalement le pousser à mettre en place ses idées à un stade plus embryonnaire que prévu.

Le Covid-19 a bousculer tout le monde, y compris l’industrie du jeu vidéo, je crois qu’on a tous compris. Simplement pour vous refaire l’historique des annonces : incertitudes puis annulation de la GDC, annulation de plusieurs petits salons et autres compétitions d’e-sport, inquiétudes sur l’E3 puis annulation de celui-ci avant l'enchaînement sur le Tokyo Game Show et la Paris Game Week. Seul la Gamescom décide de se maintenir, promettant un rassemblement entièrement numérique à définir.

Nous sommes alors en Avril, l’ambiance globale n’est pas au beau fixe et beaucoup se demandent comment faire pour communiquer dans ces conditions, de façon efficace. C’est là que Geoff Keighley va proposer le Summer Game Fest, une initiative à la maison, démarrant un mois avant l’E3 et se terminant lors de l’ouverture de la Gamescom. Un grand festival du jeu vidéo, sur 4 mois, qui sera la maison des tous les grands rassemblements.

Dans les faits, nous avons eu quelques comptes sur les réseaux sociaux pour relayer les bonnes infos et quelques rendez-vous un peu disparates centré sur un petit nombre de jeu. On aurait aimé une plateforme plus pérenne, avec un programme régulier et connu à l’avance, avec plusieurs présentateurs dans des décors un peu travaillés. On s’est retrouvé avec des rassemblement pré-conférences entre amis comme on en voit des dizaines sur Twitch, et pas avec une meilleure analyse.

On peut notamment penser à cette conférence Microsoft précédé par une heure de discussions autour du gameplay de Halo Infinite, un gameplay alors inconnu et des avis tous  unanimes, qu’on aurait juré venir du constructeur américain. L’impression de voir des gens se prendre pour des streameurs et des experts, et n’arrivant ni à nous divertir, ni à nous informer avec neutralité. Tout cela n’a pas aidé le jeu, qui n’avait pas besoin de ça pour devenir la risée d’internet.

Et puis il y a eu la soirée finale, qui marquait la deuxième conférence de lancement de la Gamescom de l’histoire. On a retrouvé un plateau mais c’est à peu près tout. Le résultat, c’est un rassemblement incroyablement long, ennuyant, sans grosses annonces et avec des développeurs bien bavard qu’on aurait mieux vu sur un autre format. Le pire de tout pour clore l’aventure.

Sauf qu’il serait trop facile et un peu malhonnête de tout mettre sur le compte de l’évènement. Bien sûr qu’il y a des choses à améliorer, et beaucoup même, mais n’oublions pas que l’opération s’est montée dans la précipitation. Et que le reste de l’industrie n’a pas vraiment aidé.

Les gros éditeurs ont tous décidés de ne pas se lier à cette initiative, chacun préférant gérer sa communication selon ses volontés. On s’est retrouvé avec un simili-E3, où personne n’a empiété sur les bandes de l’autre, mais sorti de là, plus grand chose à se mettre sous la dent. Seul Microsoft aura officiellement utilisé le dispositif pour proposer une semaine de démos, sur lequel vous retrouvez notre avis ici. C’est peu, et pas sympa.

On aurait facilement pu imaginer un programme plus dense, avec toutes les semaine un entretien avec une équipe de développement qui vient présenter son futur projet. On aurait eu une cinématique de présentation, un peu de gameplay et des discussions sur l’ambiance ou le scénario. Vous faites une soirée de 2 heures à la cool, sur le mode de la discussion entre amis, et vous obtenez un programme cool à suivre.

On aurait aussi pu voir des soirée thématiques sur de vieux jeux, pour créer et améliorer ce sentiment d’appartenir à une culture gamer. Les deux constructeurs auraient aussi pu amener leur nouvelles consoles qui auraient été disséquées et discuter en direct. Et on aurait enfin pu imaginer des soirées jeux, où quelques streameurs font ensemble un jeu du moment, là encore dans l’idée de renforcer la culture de groupe.

Pour faire cela, il faut des moyens, des contacts et des éléments techniques. Tout cela ne peut pas se mettre en place au dernier moment, en quelques jours. Et avec la situation sanitaire qui ne semble pas s’améliorer significativement dans le monde, il faudra peut-être penser à relancer l’opération. Il faudra alors s’être amélioré, pour espérer attirer un peu plus de monde, et devenir un vrai acteur de la communication dans le jeu vidéo.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.