person_outline
search

    Les sorties DVD/Blu-Ray du mois de Novembre 2015 - Cinéma

  • Sorties
  • Mis en ligne le
Entourage
Au nom de tous les miens !
image 92de8

L’intrigue germe six mois après les évènements des derniers épisodes de la saison 8. Étoile montante du Septième Art, Vincent Chase (Adrian Grenier) et sa bande d’acolytes, Eric « E » Murphy (Kevin Connolly), Turtle (Jerry Ferrara) et Johnny « Drama » Chase (Kevin Dillon), sont enfin de retour sur les célèbres collines californiennes, à l’instar de l’ex-agent de Vincent, Ari Gold (Jeremy Piven), désormais à la tête d’un prestigieux studio. Avec le poids des années écoulées, leurs envies personnelles et autres objectifs professionnels ont divergé, mais leur complicité, toujours aussi forte, va les aider à surmonter de nombreux obstacles dont regorge le monde sans foi ni loi de l’industrie hollywoodienne…
À une époque où les adaptations de films en séries télévisées sont à la mode à Hollywood (et réciproquement), Doug Ellin, créateur de la série éponyme, persiste et signe ce long-métrage dont il a lui-même écrit le scénario, d’après une histoire d’Ellin et Rob Weiss. De 2004 à 2011 sur HBO, la série Entourage nous a narré pendant 96 épisodes répartis sur 8 saisons les aventures d’un jeune et séduisant acteur qui a su en un temps record gravir les échelons de la gloire pour devenir une star adulée, mais jalousée. Histoire de ne pas oublier d’où il vient, le Queens, l’un des quartiers les plus pauvres de New York, Vince a préféré s’entourer de ses amis d’enfance afin de garder les pieds sur Terre. À leurs côtés, il s’est frayé, non sans perdre quelques plumes au passage, un chemin dans ce monde impitoyable de strass et des paillettes, où les billets verts poussent à outrance, certes, mais où tous les coups semblent permis.
Depuis le début de son ascension, beaucoup d’eau et de champagne ont coulé sous les ponts et dans les soirées mondaines. Mais, Vincent n’a en rien oublié ses petites habitudes : entre parcourir Sunset Boulevard en limousine, arpenter le tapis rouge à l’occasion d’une avant-première en présence de nombreuses starlettes, en passant par une petite sauterie improvisée sur la plage de Malibu où l’alcool coule à flots et la drogue circule à ciel ouvert, ou encore obtenir la meilleure table dans le restaurant le plus branché de la ville, tout laisse à penser que nos héros vont avoir fort à faire pour vivre leur rêve hollywoodien ! Et comme le succès a été au rendez-vous dans nos salles obscures préférées, la production a d’ores et déjà confirmé qu’une suite était en préparation…

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : Américain
Date de sortie : 18 novembre 2015
Réalisateur : Doug Ellin
Distribution : Adrian Grenier, Kevin Connolly, Kevin Dillon, Jerry Ferrara, Jeremy Piven, Billy Bob Thornton, Constance Zimmer, Nora Dunn…
Genre : comédie
Durée : 1 heure 45 minutes
Les points forts du DVD : Pas de bonus.

Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées Version longue
Plus c’est long…
image 2b036

Après le succès colossal de la première trilogie du Seigneur des Anneaux, le cinéaste Peter Jackson remporte une seconde fois haut la main le pari fou qu’il s’est lancé en adaptant son prequel, Le Hobbit, l’une des aventures romanesques les plus extraordinaires du 20ème siècle. Ses images époustouflantes et sa grandiose reconstitution correspondent parfaitement à l’imagerie que les millions d’adeptes de Tolkien se sont faite en lisant sa prose. Et, histoire de prolonger encore davantage votre plaisir, La Bataille des Cinq Armées débarque enfin en vidéo dans sa version longue pour venir conclure en beauté la saga du Hobbit, qui s’est tenue 60 ans avant les évènements qui ont frappé la Terre du Milieu dans le Seigneur des Anneaux.
Dans ce dernier chapitre, Thorin Ecu-de-Chêne (Richard Armitage) corrodé par sa soif de pouvoir et les Nains d’Erebor, épaulés par Bilbon Sacquet (Martin Freeman), ont reconquis non sans mal la terre de leurs ancêtres. Revers de la médaille, ils ont réveillé le terrifiant Dragon Smaug qui déchaîne maintenant sa colère en s’en prenant aux hommes, femmes et enfants sans défense d’Esgaroth qui tentent par tous les moyens d’échapper à ses griffes acérées et autre souffle dévastateur. Rejoints par les Elfes qui vont leur prêter main-forte, les Nains alliés aux Humains doivent faire face aux légions de Wrags et autres Orques envoyées par Sauron, le Seigneur Noir, et menées par le Nécromancien. Convoitant toutes les nombreuses richesses enfouies au cœur de la Montagne Solitaire, les cinq armées s’apprêtent à entrer en guerre. De son côté, Bilbon tente tant bien que mal de garder la vie sauve, alors qu’un choix crucial s’offre à lui, celui qui pourrait bien bouleverser la donne...
Les fervents admirateurs du genre « heroic-fantasy » l’attendaient avec impatience et Peter Jackson n’a pas lésiné sur les moyens pour leur en mettre plein les yeux ! Avec ce dernier volet de la trilogie du Hobbit agrémenté de 19 minutes supplémentaires, le réalisateur nous propose un dénouement en apothéose marqué par le sceau du sang, de la désolation et de l’action. Et pour tous ceux qui n’auraient pas encore été séduits, sachez que Warner Bros a agrémenté ses coffrets de nombreux bonus qui combleront de bonheur les plus fervents admirateurs !

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : USA
Date de sortie : 18 novembre 2015
Réalisateur : Peter Jackson
Distribution : Ian Mckellen Martin Freeman, Richard Armitage, Evangeline Lilly, Lee Pace, Luke Evans, Ken Stott, James Nesbitt, Orlando Bloom, Cate Blanchett, Ian Holm, Christopher Lee, Hugo Weaving, Manu Bennett, Graham McTavish, Aidan Turner, Bolly Connolly, Stephen Fry…
Genre : Fantastique/aventure
Durée : 2 heures 24 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : Commentaire audio de Peter Jackson et Philippa Boyens, « La Nouvelle-Zélande : pays de la Terre du Milieu », partie 3, les annexes 11ème partie et les annexes 12ème partie.

Magic Mike XXL
Une comédie au poil et à poil !
image 265e8

Après le triomphe sur les écrans du monde entier en 2012, Magic Mike ne pouvait décemment pas resté enfant unique et c’est pourquoi on retrouve Channing Tatum, Matt Bomer, Joe Manganiello, Kevin Nash, Adam Rodriguez et Gabriel Iglesias dans un nouvel opus classé XXL. Trois ans après que Mike a raccroché son costume de strip-teaseur aux vestiaires, les Kings of Tampa semblent prêts, eux aussi, à suivre les traces de leur ex-leader. Mais, contre toute attente, ces derniers aspirent à prendre leur retraite anticipée à leur manière, soit lors d’un dernier tour de piste mémorable à Myrtle Beach et avec le légendaire Magic Mike en guest-star. Et, tandis qu’ils se préparent ardemment à l’approche du show final, ils vont renouer avec d’anciennes connaissances tout en étoffant leur cercle d’amis. En essayant de nouvelles galipettes et autres acrobaties quelque peu osées, Mike et ses boys vont se replonger dans le passé de manière plutôt fortuite…
Réalisé par Gregory Jacobs (Ma Vie avec Liberace), producteur du précédent volet primé à l’Emmy et proche collaborateur de Steven Soderbergh, Magic Mike XXL promet une nouvelle fois de faire monter la température pour toutes celles et ceux friands de « dramédie » olé olé ! En prenant quelques libertés avec le schéma traditionnel de la comédie romantique classique ¬— au placard l’amour contrarié entre deux représentants du sexe opposé et le bien trop éculé triangle amoureux — l’intrigue laisse la place à une série de possibilités particulièrement révélatrice des liens si complexes qui unissent à notre époque l’homme et la femme ! Et pour cause, ils sont des millions à ne savoir comment sortir de la spirale infernale de la solitude, à se croiser sans même échanger un petit regard sur les trottoirs des plus grandes capitales occidentales ou dans les clubs de strip-tease pour combler leur manque affectif.
Les sociologues de tous bords s’accordent à dire que les femmes ont changé, que les hommes en sont déroutés, que la carrière professionnelle est l’un des enjeux primordiaux et que l’individualisme forcené à bouleverser la donne. Sans piétiner le mythe du Prince Charmant, Gregory Jacobs l’égratigne avant de le mettre à nu, et ce, pour mieux raviver une certaine lueur d’espoir perdue dans l’immensité de la jungle urbaine…

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : Américain
Date de sortie : 25 novembre 2015
Réalisateur : Gregory Jacobs
Distribution : Channing Tatum, Matt Bomer, Joe Manganiello, Kevin Nash, Adam Rodriguez, Gabriel Iglesias, Stephen Boss, Amber Heard …
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1 heure 55 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : Pas de bonus.

Les Minions
Ils sont de retour !
image d7fce

Depuis la nuit des temps, les Minions œuvrent pour le compte de personnages tous aussi machiavéliques les uns que les autres. À l’origine, ils n’étaient que de simples organismes monocellulaires jaunes, et ce, avant d’évoluer et d’afficher l’adorable frimousse que nous connaissons tous aujourd’hui. Des cruels Tyrannosaures au mégalomane Napoléon, ils ne sont jamais parvenus à préserver la vie de leurs maîtres successifs, tant et si bien qu’ils ont fini par se laisser happer par les affres de la dépression.
Malgré tout, l’un d’entre eux, prénommé Kevin, semble résister à cette mélancolie collective. Rejoint par Stuart, un adolescent en pleine rébellion et de l’adorable petit Bob, il va se mettre en quête d’un nouveau patron plus exécrable que jamais afin de les guider dans leur nouvelle ascension. Contre toute attente, notre trio de choc se lancera dans un voyage passionnant qui les conduira à leur nouveau maître potentiel qui se révèlera être une maîtresse : Scarlet Overkill, soit la première super-méchante de toute l’histoire de nos Minions préférés. Des brouillards de l’Antarctique en passant par le New York des années 60, nos trois acolytes vont devoir faire face à la plus terrible menace de leur existence : l’anéantissement de leur espèce.
Vu l’engouement incontestable généré autour des Minions de la saga désormais culte développée par Illumination Entertainment, Moi Moche et Méchant 1 & 2, Universal et le studio d’animation français, Mac Guff (filiale d’Illumination Entertainment), se devaient de continuer à surfer sur la vague et c’est désormais chose faire avec Les Minions, soit un prequel permettant de remonter à la source du mythe !
Un taux de sympathie de 100 %, 7,6 millions d’aficionados au cinéma et pas moins de 1,2 million de vidéos écoulées sur les deux films, ces arguments auront suffi pour inciter les réalisateurs Pierre Coffin et Kyle Balda à mettre le paquet, voire la sauce, et nous replonger au cœur d’un univers fantasque, peuplé de petits êtres jaunes névrosés et biscornus, mais qui n’en laisse pas moins la part belle à l’aventure et l’humour. En outre, les scénaristes ont imaginé d’innombrables gags qui font mouche. Sans oublier évidemment la technique, qui frise la perfection, et le mélange des genres qui vous fera passer un agréable moment en famille ou entre amis. Dépaysement et fous rires garantis !

Détails

Distributeur : Universal
Origine : Américain
Date de sortie : 10 novembre 2015
Réalisateurs : Pierre Coffin & Kyle Balda
Distribution : Avec les voix françaises de Marion Cotillard, Guillaume Cannet, Gad Elmaleh et les voix originales de Sandra Bullock, Jon Hamm, Michael Keaton, Allison Janney, Steve Coogan, Jennifer Saunders, Geoffrey Rush, Pierre Coffin…
Genre : Film d’animation familial
Durée : 1 heure 31 minutes
Les points forts des DVD, Blu-ray & 3D : « Jingles Bells » façon Minions, 3 mini-films : « Cro-Minion », « Compétition » et « Binky Nelson sans tétine », « Autour du monde » : carte interactive et « Derrière les lunettes protectrices » : Illumination Entertainement et l’histoire des Minions

Vice-Versa
Nul n’échappe à ses émotions !
image d8d1a

Au quartier général, centre névralgique situé dans la tête de la petite Riley, post-adolescente au cœur tendre, mais au caractère bien trempé, cinq émotions travaillent tous les jours d’arrache-pied pour façonner la personnalité en devenir de la pétillante jeune hockeyeuse. En tête de cette petite armée, Joie, débordante d’amour et de bonne humeur, veille au grain pour que Riley soit toujours heureuse. Peur, elle, garantit sa sécurité et Colère s’assure de l’équilibre souvent malmené de la justice. Pour ce qui est de Dégoût, elle passe son existence à éviter que Riley ne se fasse empoisonner la sienne ! Et pour finir, Tristesse rôde comme une âme en peine, pas vraiment sûre d’elle-même, mais multipliant les gaffes en tout genre et menant ainsi la vie dure à ses collègues qui désespèrent de sa nonchalance.
Et, lorsque la famille de Riley quitte sa campagne pour emménager dans une grande métropole, avec tout ce que ce changement radical peut comporter, les Émotions ne savent plus où donner de la tête pour tenter de guider la jeune fille durant cette difficile transition qui ne sera pas sans conséquence sur le groupe. Essayant par tous les moyens de l’aider dans cette première étape difficile de sa vie, Joie et Tristesse se retrouvent, bien malgré elles, perdues dans les méandres de l’adolescente en crise, emportant avec elles certains souvenirs essentiels et laissant Peur, Colère et Dégoût aux commandes…
Présenté hors compétition au Festival de Cannes 2015, Vice-Versa peut paraître quelque peu déconcertant les premières minutes. Avec son sujet inattendu scénarisé de façon tout aussi incongrue, le spectateur se demande rapidement où cette histoire va bien les mener. Mais rassurez-vous, les réalisateurs Pete Docter et Ronaldo Del Carmen n’ont pas fait les choses à moitié et vous transporteront dans un conte philosophique d’animation qui parlera, certes, plus aux grands, mais également aux plus petits ! En traitant des prémices du cap inévitable du passage de l’enfance à l’âge adulte, Vice-Versa peut se targuer d’être un conte poétique aux couleurs chatoyantes, bénéficiant d’une conception visuelle témoignant d’un sens inné de la féérie mise en relief par des joutes verbales désopilantes. En outre, l’intrigue se risque à développer davantage le fait que nous sommes parfois prisonniers de nos propres émotions, étayant par la même occasion la réflexion sur le refus de grandir abordé maintes fois au cinéma. Mais les révélations du film sont incontestablement les voix françaises de Charlotte Le Bon et Marilou Berry qui s’avèrent particulièrement convaincantes respectivement dans la peau de Joie et Tristesse, lesquelles vont devoir s’armer de patience avant de recouvrer un certain équilibre…

Détails

Distributeur : Disney/Pixar
Origine : Américain
Date de sortie : 27 octobre 2015
Réalisateurs : Pete Docter & Ronaldo Del Carmen
Distribution : Avec les voix françaises de Charlotte Le Bon, Pierre Niney, Mélanie Laurent, Gilles Lellouche, Marilou Berry, Clara Poincaré, Françoise Cadol, Alexis Victor et les voix originales de Amy Poehler, Bill Hader, Mindy Kaling, Lewis Black, Phyllis Smith, Kaitlyn Dias, Diane Lane, Kyle MacLachlan…
Genre : Comédie d’animation familiale
Durée : 1 heure 35 minutes
Les points forts des DVD, Blu-ray et 3D : « Lava » de James Ford Murphy, « Premier rendez-vous ? » de Josh Cooley, commentaire audio de Pete Docter, Ronnie Del Carmen et Jonas Rivera (prod.), « Les chemins qui mènent à Pixar, ou la touche féminine de Vice-Versa », « Les émotions », « L’histoire derrière l’histoire », « La conception du monde de l’esprit », « Nos papas les créateurs », « Voyage dans l’inconnu, ou le son de Vice-Versa », « L’art méconnu du montage du film d’animation », « Le travail artistique sur les émotions » et les scènes coupées avec introduction : « Riley grandit », « Le déclin de Joie », « Les retraités » et « Construction » ainsi que Mind Candy ou les courts tests d’animation effectués sur le film.

Terminator Genisys
Retour vers le passé et le futur !
image f656b

Dans la guerre fratricide et interminable opposant la machine à l’homme, le valeureux leader de la résistance John Connor (Jason Clarke) envoie le courageux sergent Kyle Reese (Jai Courtney) dans le passé pour veiller sur sa mère, l’intrépide Sarah Connor (Emilia Clarke) et sauver ainsi l’avenir de la race humaine. Mais, comme il fallait s’y attendre, des incidents inattendus viennent bouleverser la donne engendrant une faille temporelle. À cause de cette énième fracture dans l’espace-temps, Sarah et Kyle se retrouvent dans une nouvelle version du passé, où ils ne tardent pas à croiser le chemin d’un allié pour le moins surprenant et répondant au nom de Guardian. Malgré toutes ses déconvenues, nos héros vont devoir se serrer les coudes s’ils aspirent à éradiquer la nouvelle menace au nouveau visage…
Réalisé par Alan Taylor (Thor 2 : Le Monde des Ténèbres), Terminator Genisys est le cinquième volet de la désormais sidérante saga fantastique qui a conquis le cœur des cinéphiles du monde entier. En 2011, lorsque Arnold Schwarzenegger mettait terme à son second mandat de gouverneur de Californie avant d’annoncer son come-back au cinéma, les espoirs les plus fous à propos de la mise en chantier d’un nouveau Terminator ont commencé à affoler la toile. Le quatrième épisode de la saga, sans la présence de l’ex-Monsieur Univers, n’avait pas reçu un accueil particulièrement élogieux, prouvant que l’absence de Schwarzy était quelque peu préjudiciable au show. Car après tout, Terminator, c’est avec Monsieur Muscles et puis c’est tout !
Douze ans après le Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines, ce nouvel opus renoue avec tout ce qui a forgé la réputation du mythe cinématographique. Entre orgie d’effets spéciaux et scènes de combats parfaitement chorégraphiées, ce cinquième opus, dont la puissance d’impact équivaut à la richesse narrative, a pulvérisé des records allant jusqu’à flirter avec le succès critique de Terminator 2 : Le Jugement Dernier toujours considéré à ce jour comme le meilleur cru. Avec sa mise en scène assurément moderne et une 3D particulièrement impressionnante, Terminator Genisys bouleverse une nouvelle fois les codes du genre pour nous en mettre à plein les yeux, tout en soulevant de nouvelles interrogations. De quoi ravir les fans des récents blockbusters mêlant SF et robotique, des thèmes particulièrement en vogue des dernières années à Hollywood !

Détails

Distributeur : Fox
Origine : Américain
Date de sortie : 23 novembre 2015
Réalisateur : Alan Taylor
Distribution : Arnold Schwarzenegger, Jason Clarke, Emilia Clarke, Jai Courtney, Byung-Hun Lee, Matt Smith (IV), J.K. Simmons, Dayo Okeniyi …
Genre : Science-fiction/action
Durée : 2 heures 06 minutes
Les points forts des DVD, Blu-ray & 3D : « La dynamique familiale » — Casting du film et comment les acteurs ont tenu le rôle de certains personnages emblématiques du cinéma, « Infiltration et fin » : pénétrez dans les coulisses et lieux de tournage à San Francisco et à la Nouvelle-Orléans, « Mise à jour » : plongez dans les effets visuels révolutionnaires derrière les incroyables scènes d’action du film, Blu-ray bonus : « Changement de paradigme », « Ancien. Pas obsolète », « Habillement tactique », « Une guerre future et passée », « Manipulation de la matière », « Exilés dans le temps », « Bataille sur le pont » : la scène disséquée sous chaque angle — angle 1/prévisualisation, angle 2/sur l’ensemble & angle3/prévisualisation et composés finaux du film.

Alexandre: Director’s Cut - Édition Collector
Quand la légende devient un mythe cinématographique…
image 6d92b

En 283 avant Jésus-Christ, à Alexandrie, le déclinant Ptolémée (Anthony Hopkins), roi d’Égypte et ancien général d’Alexandre le Grand (Colin Farrell), se remémore avec nostalgie le destin hors du commun du célèbre conquérant. En un temps record, voilà qu’il nous plonge dans l’enfance du futur monarque de Macédoine, pour être les témoins privilégiés de sa relation quasi incestueuse avec sa mère, Olympias (jouée par la fort bien nommée Angelina Jolie-Pitt, ici, plus vénéneuse que jamais). En outre, cette dernière est loin de faire l’unanimité au sein de son peuple qui la qualifie de sorcière. Et pour cause, elle préfère la compagnie des serpents à celle des hommes et n’hésite aucunement à faire couler le sang dès que l’occasion se présente, et ce, pour assouvir sa soif de pouvoir. Ses rapports quelque peu conflictuels (et il s’agit là d’un doux euphémisme !) avec Philippe (Val Kilmer), son époux, nous laissent à penser qu’il n’est pas le géniteur du petit garçon qu’il traite tantôt de digne héritier, tantôt de bâtard. C’est alors que tout va s’enchaîner à vitesse grand V pour le petit Alexandre, lequel va devoir apprendre non sans quelques difficultés à devenir grand en appliquant les précieux conseils prodigués par un certain Aristote (Christopher Plummer). Puis, à l’aube de sa vingtième année, il assiste au meurtre de son père et monte sur le trône…
Fidèle à sa réputation qui n’est désormais plus à faire, Oliver Stone nous propose une vision personnelle de l’Histoire, où le destin d’un homme et le mythe s’entrelacent pour ne faire plus qu’un. Après des débuts qui traînent quelque peu en longueur, mais qui sont indispensables pour mieux planter le décor, le cinéaste entre dans le vif du sujet et sonde la psychologie de ses personnages ô combien névrosés en les confrontant les uns aux autres ! Son approche, qui n’est pas sans nous rappeler certains des plus grands classiques de la tragédie grecque, s’appuie également sur une reconstitution historique étonnante dénotant un véritable sans du détail. Il pousse le vice jusqu’à nous narrer quelques anecdotes croustillantes, comme la relation secrète homosexuelle d’Alexandre avec son grand amour Hephaistion (Jared Leto) dont il assiste impuissant au décès. C’est pourquoi pour fêter comme il se doit les dix ans de la sortie d’Alexandre, Pathé le réédite dans une nouvelle Édition Collector comprenant 3 versions du film dont une version Director’s Final Cut inédite en France.

Détails

Distributeur : Pathé
Origine : Allemand/français/néerlandais et britannique
Date de sortie : 18 novembre 2015
Réalisateur : Oliver Stone
Distribution : Colin Farrell, Angelina Jolie Pitt, Val Kilmer, Jared Leto, Anthony Hopkins, Rosario Dawson, Christopher Plummer, Connor Paolo …
Genre : Biopic historique
Durée : 2 heures 50 minutes
Les points forts du Blu-ray & 3D : Plus de 3 h 30 de bonus dont 2 heures exclusives avec la version cinéma 2004, la version revisitée 2009 et la version Final Cut inédite en France. Bonus version Final Cut : Alexandre et le monde qu’il a créé, documentaires « Les coulisses d’Alexandre » avec Sean Stone incluant : La résurrection d’Alexandre, la perfection est l’ennemi du bien, la mort d’Alexandre, documentaire : "Vangelis compose Alexandre", bonus version Revisited : "Fight Against Time" : Alexandre selon Oliver Stone.

Les Profs 2
God save the student !
image fb8c4

Après avoir fait des émules sur l’hexagone, les pires profs de France posent leurs valises en Angleterre pour une mission classée top secrète. Avec l’infatigable roi des cancres Boulard (Kev Adams), la truculente prof d’anglais Glady’s (Isabelle Nanty), le maladroit prof d’histoire Antoine Polochon (Pierre-François Martin-Laval), le nonchalant Cutiro/Tirocu (Didier Bourdon), le bellâtre prof d’EPS Eric (Arnaud Ducret), l’affriolante prof de français Amina (Stéfi Celma) et le bizarre prof de chimie Albert (Fred Tousch) se retrouvent ainsi lâchés dans l’un des meilleurs lycées britanniques, où ils ne vont pas tarder à bouleverser le quotidien des élèves en appliquant leurs méthodes peu règlementaires. La future élite de cette nation réputée conservatrice supportera-t-elle un changement aussi radical ? De leur réussite dépendra l’avenir du royaume tout entier… rien que ça !
Il y a déjà près de trois ans, le plaisir du premier opus nous avait fort emballés et on attendait avec impatience les retrouvailles avec nos sous-doués préférés ! Et notre attente n’aura pas été vaine puisque dans cette suite très attendue, Pierre-François Martin-Laval et son équipe ont su nous transporter dans leur univers déjanté. Comme vous pouvez vous en douter, Les Profs 2 ne fait toujours pas dans la dentelle, mais plutôt dans la mauvaise graine ! Loin d’être un simple film à sketches, cet épisode 2 développe une vraie intrigue et s’avère suffisamment riche pour tenir les spectateurs en haleine, tout en servant de toile de fond à une succession de gags hilarants et de jeux de mots ineptes qui tombent toujours au poil.
Certes, certaines mauvaises langues diront que le scénario est indigent et que tout cela ne vole pas très haut, mais ne les écoutez pas, car cette seconde mouture n’est que la suite logique de tout ce qu’a déjà fait PEF. Alors, si vous faites partie de ceux qui esquissent un sourire rien qu’en entendant son nom, ou celui de Kev Adams, courez de ce pas vous procurer cette bouffonnerie divertissante à souhait. À savourer sans aucune modération !

Détails

Distributeur : UGC Distribution
Origine : France
Date de sortie : 2 novembre 2015
Réalisateur : Pierre-François Martin-Laval
Distribution : Kev Adams, Isabelle Nanty, Didier Bourdon, Pierre-François Martin-Laval, Arnaud Ducret, Stéfi Celma, Raymond Bouchard, Fred Tousch…
Genre : comédie familiale
Durée : 1 heure 32 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : Toujours plus de profs, making of, bêtisier, scènes coupées, pas de feu pas de toilettes, explications et karaoké « My prince ».

Insidious Chapitre 3
Jamais 2 sans 3… et plus si affinités !
image 6c5f8

La frêle Quinn Brenner (Stefanie Scott), qui n’a pas été épargnée par la vie, ne sait plus à quel saint se vouer depuis quelques jours ! Et pour cause, la jeune femme se demande si sa défunte mère, fauchée dans la fleur de l’âge, n’essaie pas désespérément de rentrer en contact avec elle afin de la prévenir d’un danger éminent. Histoire d’en avoir le cœur net, elle prend contact avec l’énigmatique Elise Rainier (Lin Shaye), une médium dont la réputation n’est plus à faire, mais qui se refuse à utiliser ses dons depuis une certaine tragédie qui l’a complètement traumatisée.
Mais lorsqu’une entité malfaisante s’en prend directement à la pauvre Quinn de plus en plus exposée, son père Sean (Dermot Mulroney) décide de prendre le taureau par les cornes et supplie aussitôt l’extralucide de venir en aide à sa progéniture. Non sans quelques appréhensions, Elise, assistée par deux parapsychologues surnommés Tucker (Angus Sampson) et Specs (Leigh Whannell), brise la promesse qu’elle s’était jadis faite pour se préserver et met alors tout ce qui est en son pouvoir pour entrer en contact avec les forces occultes. Ce qu’elle va découvrir dépasse tout entendement et risque bel et bien de rouvrir une plaie qui commençait tout juste à cicatriser…
Très à la mode depuis quelques années, le cinéma d’épouvante étend davantage son rayonnement jusqu’à Hollywood. Après Paranormal Activity et Saw, c’est au tour de la saga Insidious d’exploiter à fond une franchise qui s’est avérée ô combien juteuse, et ce, dans l’espoir inavoué de relancer une fois de plus la licence. Et c’est désormais chose faite avec ce troisième volet qui n’est pas une suite, mais bel et bien un prequel, et qui devrait servir de base de lancement à plusieurs autres nouveaux films.
Même si l’hémoglobine est toujours distillée à dose homéopathique, Insidious Chapitre 3 bénéficie d’une cinématographie aussi angoissante qu’épurée qui n’est pas sans nous rappeler certains des plus grands classiques du genre. Les amateurs de sensations fortes en auront pour leur argent… même si certains passages risquent de les hanter pour très, très longtemps !

Détails

Distributeur : SPHE
Origine : Américain
Date de sortie : 25 novembre 2015
Réalisateur : Leigh Whannell
Distribution : Dermot Mulroney, Stefanie Scott, Angus Sampson, Leigh Whannell, Lin Shaye, Steve Coulter, Hayley Kiyoko, Ashton Moio …
Genre : épouvante/horreur
Durée : 1 heure 38 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : « Être hanté : un médium raconte », scènes coupées, « Cascades : l’accident de voiture », « Tiptoe Through the Tulips », la comptine de l’angoisse, « Créations macabres » et « L’histoire de l’origine : la réalisation du Chapitre 3 ».

La Rage au Ventre
Jamais sans ma fille…
image 500ec

Billy Hope (Jake Gyllenhaal), champion du monde de boxe élevé au rang de Dieu vivant, mène la grande vie avec sa séduisante femme Maureen (Rachel McAdams) et leur fille Leila (Oona Laurence) qu’il chérit plus que tout. Mais, la vie va lui jouer un bien mauvais tour lorsque son épouse est fauchée dans la fleur de l’âge. Dès lors, tout s’écroule autour de lui. Le veuf se laisse alors happé par les tourments pernicieux de la dépression, allant même jusqu’à perdre ses biens ainsi que sa maison. Incapable de remonter une pente de plus en plus savonneuse, il se voit retirer la garde de sa fille pourtant seul lien lui permettant de ne pas sombrer complètement.
Désormais livré à lui même et mis au pied du mur, il trouve une aide aussi précieuse qu’inattendue en la personne de Titus Willis (Forest Whitaker), un ancien boxer qui va l’aider à sortir la tête de l’eau en se replongeant ardemment dans sa discipline sportive. Nul ne sait s’il parviendra à trouver la voie de la rédemption, mais tout laisse à penser que le jeune père va faire tout ce qui est en son pouvoir pour regagner l’estime des siens et, surtout, la garde de sa fille…
À l’aube de ses 35 printemps, l’acteur américain gagne définitivement le respect de ses pairs avec La Rage au Ventre, une œuvre majeure cinématographique qui a marqué à jamais de ses lettres de noblesse le Septième Art. En effet, Jake Gyllenhaal y apparaît complètement méconnaissable dans la peau d’un sportif émérite que le destin n’aura pas épargné, mais qui va, galvanisé par une certaine rage de vaincre, tenter par tous les moyens de reprendre sa vie en main.
Autour d’une rencontre à priori totalement fortuite entre un veuf quelque peu égaré et un entraîneur malmené, Antoine Fuqua parvient à nous tenir en haleine tout le long du film, non sans nous décrocher quelques larmes au passage. Entre ces deux âmes blessées qui vont finir par trouver un terrain d’entente pour mieux se serrer les coudes, le réalisateur prend un malin plaisir à nous balader entre les sentiments parfois contradictoires qui les poussent l’un et l’autre dans leurs derniers retranchements.
Que dire de plus sur La Rage au Ventre, une œuvre aussi marquante que poignante, si ce n’est que le prometteur Jake Gyllenhaal crève une nouvelle fois l’écran face à un Forest Whitaker toujours aussi talentueux et particulièrement émouvant. Un véritable uppercut cinématographique !

Détails

Distributeur : SND
Origine : Américain
Date de sortie : 25 novembre 2015
Réalisateur : Antoine Fuqua
Distribution : Jake Gyllenhaal, Rachel McAdams, Forest Whitaker, Naomie Harris, Curtis 50 Cent, Oona Laurence, Miguel Gomez (II), Skylan Brooks …
Genre : Drame
Durée : 2 heures 04 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : pas de bonus.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.