person_outline
search

    Les sorties DVD/Blu-Ray du mois de Septembre 2015 - Cinéma

  • Sorties
  • Mis en ligne le
The Hobbit la trilogie
Les origines d’un mythe
image a2483

Les fervents admirateurs du genre « heroic-fantasy » l’attendaient avec impatience et la Warner Bros n’a pas lésiné sur les moyens pour leur en mettre plein les yeux ! Avec le coffret de la trilogie du Hobbit, la célèbre major vous invite à revivre cette aventure épique marquée par le sceau du sang, de la désolation et de l’action. Et pour tous ceux qui n’auraient pas encore été séduits, sachez que ledit coffret est agrémenté de nombreux bonus qui combleront de bonheur les plus fervents admirateurs !
Après un premier épisode introductif et sobrement baptisé Un Voyage Inattendu, on retrouve Bilbon Sacquet (Martin Freeman) déterminé à reprendre le Royaume perdu des Nains d’Erebor, conquis par le redoutable dragon Smaug que nos héros finiront par sortir de son sommeil au terme du second volet intitulé La Désolation de Smaug. Que ce soit dans la Forêt Noire, la maison de Beorn, à Lacville ou encore dans l’antre du dragon, les deux premiers opus gagnent en intensité avant de nous livrer une fin en apothéose. Dans le dernier chapitre de La Bataille des Cinq Armées, Thorin Ecu-de-Chêne (Richard Armitage) corrodé par sa soif de pouvoir et les Nains d’Erebor, toujours épaulés par Bilbon Sacquet, ont reconquis non sans mal la terre de leurs ancêtres. Revers de la médaille, ils ont réveillé le terrifiant Dragon Smaug qui déchaîne maintenant sa colère en s’en prenant aux hommes, femmes et enfants sans défense d’Esgaroth qui tentent par tous les moyens d’échapper à ses griffes acérées et autre souffle dévastateur. Rejoints par les Elfes qui vont leur prêter main-forte, les Nains alliés aux Humains doivent faire face aux légions de Wrags et autres Orques envoyées par Sauron, le Seigneur Noir, et menées par le Nécromancien. Convoitant toutes les nombreuses richesses enfouies au cœur de la Montagne Solitaire, les cinq armées s’apprêtent à entrer en guerre. De son côté, Bilbon tente tant bien que mal de garder la vie sauve, alors qu’un choix crucial s’offre à lui, celui qui pourrait bien bouleverser la donne...
Suite au succès colossal de la première trilogie du Seigneur des Anneaux, le cinéaste Peter Jackson remporte une seconde fois haut la main le pari fou qu’il s’est lancé en adaptant son prequel, Le Hobbit, l’une des aventures romanesques les plus extraordinaires du 20ème siècle. Ses images époustouflantes et sa grandiose reconstitution correspondent parfaitement à l’imagerie que les millions d’adeptes de Tolkien se sont faite en lisant sa prose. Et, histoire de revivre l’intégralité de la désormais saga culte, la trilogie du Hobbit débarque enfin en vidéo pour mieux vous éclairer sur les évènements qui ont frappé la Terre du Milieu du milieu 60 ans plus tôt avant la création de la communauté de l’anneau.

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : Américain et néo-zélandais
Date de sortie : 30 septembre 2015
Réalisateur : Peter Jackson
Distribution : Ian Mckellen Martin Freeman, Richard Armitage, Ken Stott, Graham McTavish, William Kircher, James Nesbitt, Stephen Hunter, Benedict Cumberbatch, Evangeline Lilly, Cate Blanchett, Orlando Bloom, Aidan Turner, Christopher Lee, Lee Pace, Luke Evans…
Genre : Fantastique/aventure
Durée : 7 heures 54 minutes
Les points forts des coffrets DVD, Blu-ray & 3D :
1- Le Hobbit : Le Voyage inattendu – La Nouvelle-Zélande : pays de la Terre du milieu, videoblogs sur le tournage, les débuts de la production, repérage des décors extérieurs, tournage du bloc n°1, tournage en 3D, les extérieurs parties 1 & 2, les studios Stone St, fin du tournage principal, aperçu de la postproduction, avant-première mondiale à Wellington, bandes-annonces cinéma, première bande-annonce, les nains, la lettre, le contrat de Bilbon, le pari de Gandalf, les chemins de Gollum, les bandes-annonces jeux vidéo, le Hobbit : les Royaumes de la Terre du Milieu, les gardiens de la Terre du Milieu, Lego Le Seigneur des anneaux.
2- Le Hobbit : La Désolation de Smaug – scènes supplémentaires, mais également des scènes plus longues, commentaires des créateurs Peter Jackson et Philippa Boyens, documentaire sur la Nouvelle-Zélande : Pays de la Terre du Milieu (partie 2), les annexes, 9ème partie dans le Rhovanion : Le Hobbit, chroniques – 2ème partie, les annexes 10ème partie – le voyage de Erebor, invocation de Smaug ou le dernier des dragons cracheurs de feu, la musique du Hobbit, les peuples et créatures de la Terre du Milieu, l’univers du 3ème âge ou de la maison de Beorn à Lacville.
3- Le Hobbit : La Batailles des Cinq Armées – Le recrutement des cinq armées, l’intégrale de la Terre du Milieu, le clip vidéo « Le dernier adieu », la Nouvelle-Zélande : pays de la Terre du Milieu 3ème partie, bande annonce, les coulisses du film et Peter Jackson vous invite sur le plateau du tournage. Et copies digitales des trois volets offertes en format UltraViolet.

Coffret Intégrale Harry Potter (réédition), Coffret Collection Poudlard (réédition) & Édition Limitée Funko
Place à la magie… du Septième Art !
image 4f7a0

Adaptation cinématographique des aventures magiques de Harry Potter, imaginées par la romancière britannique J. K. Rowling, les coffrets de l’Intégrale de la saga et celui de la Collection Poudlard sont réédités par la Warner Bros pour mieux vous replonger au cœur de l’univers de notre apprenti sorcier préféré. En 19 heures et 13 minutes, on retrouve tous les ingrédients qui ont forgé la renommée de l’enchanteur le plus célèbre de tous les temps, et ce, au bout de huit opus tous aussi passionnants les uns que les autres !
Maltraité depuis sa plus tendre enfance par Petunia Dursley (Fiona Shaw) et Vernon (Richard Griffiths), son ignoble tante et son répugnant oncle qui l’ont recueilli à la mort de ses parents, le jeune orphelin Harry Potter (Daniel Radcliffe) vit reclus dans un placard sous l’escalier. À ses onze ans, celui-ci reçoit la visite inopinée d’un géant, plus connu sous le nom de Rubeus Hagrid (Robbie Coltrane), venu lui éclairer sa lanterne sur son sombre passé et sa destinée pour la moins nébuleuse. Harry apprend ainsi qu’il existe un monde parallèle dans lequel la magie est monnaie courante et qui attend impatiemment son arrivée. En outre, notre héros ne tarde pas à découvrir qu’il est le descendant d’une longue lignée de sorciers et qu’il est inscrit à Poudlard, une école réputée qui n’a pas son pareil pour former les plus grands magiciens de ce monde ! Tout en apprenant les rudiments de la sorcellerie, Harry ne traîne pas à enfourcher son balai avant de croiser la route de deux apprentis, Ronald (Rupert Grint) et Hermione (Emma Watson), qui l’aideront à accomplir son destin face à l’infâme Lord Voldemort (Ralph Fiennes), responsable de la disparition de ses parents et déterminé à parachever son œuvre en tuant leur unique enfant…

image 97705
Amateurs du genre, vous ne serez pas déçus ! Les coffrets DVD & Blu-ray tant attendus des aventures d’Harry Potter sont de véritables bijoux cinématographiques qui balaient d’un petit coup de baguette magique tous ce à quoi nous nous attendions. Explications : Après deux premiers épisodes, Harry Potter à l’École des Sorciers et La Chambre des Secrets, jugés un peu trop enfantins, le troisième volet amorce un virage radical, tant sur la forme que sur le fond. Avec Le Prisonnier d’Azkaban, notre jeune prodige connaît un nouveau souffle qui remet les pendules à l’heure en bouleversant la donne de départ. Certes, le réalisateur Chris Columbus n’est plus aux commandes, mais force est de reconnaître qu’aucune diseuse de bonne aventure n’avait prédit un tel bouleversement dans sa boule de cristal. En effet, c’est le cinéaste mexicain Alfonso Cuaron qui reprend le flambeau tout en apportant sa griffe, et ce, avant de passer le relais à Mike Newell et David Yates pour les cinq épopées restantes (La Coupe de Feu, L’Ordre du Phénix, Le Prince de Sang Mêlé, Les Reliques de la Mort – Partie 1 & Partie 2).
Les intrigues et la profondeur des personnages sont certes primaires, tout comme le jeu parfois cabotin des acteurs, mais le charme des longs-métrages réside dans un festival d’effets spéciaux particulièrement réussis. Qu’ils réussissent à nous charmer, pousser dans nos derniers retranchements ou encore à nous voler quelques sourires, les trolls, les licornes, dragons et autres chiens à trois têtes cristallisent à merveille les pages des contes qui ont bercé notre enfance. En effet, les nombreux cinéastes ont su admirablement adapter sur grand-écran l’univers dépeint par l’écrivaine où baroque, féerie et ténèbres font ménage à trois. Un très beau moment de cinéma à voir et revoir en famille ! À noter que pour la Warner Bros commercialise également le coffret inédit en édition limitée et baptisée Funko qui promet d’enchanter les fans de la première heure.

image 6e311

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : Américano-britannique
Date de sortie : 30 septembre 2015
Réalisateurs : Chris Columbus, Alfonso Cuaron, Mike Newell & David Yates.
Distribution : Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Robbie Coltrane, Richard Harris, Maggie Smith, Alan Rickman, Ian Hart, Kenneth Branagh, Warwick Davis, Gary Oldman, Michael Gambon, Ralph Fiennes, Brendan Gleeson, Imelda Staunton, Helena Bonham Carter, Bonnie Wright, Evanna Lynch, Jessie Cave, Jim Broadbent, Tom Felton, Helen McCrory …
Genre : Fantastique/aventure/famille
Durée : 19 heures 13 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : Tous les bonus répartis dans chaque Blu-ray et DVD des films ainsi qu’un Blu-ray avec plus de 4 heures de bonus jusqu’alors seulement disponibles dans Harry Potter, Le Coffret Ultime. Copies digitales offertes au format UltraViolet, figurine Pop (Funko) de Harry Potter

Coffrets Trilogie The Dark Knight & Cosbabies
Les coffrets de la consécration !
image ba32d

Depuis plus d’une décennie, les adaptations cinématographiques des célèbres Comicbooks fleurissent dans les salles obscures. Après des débuts calamiteux et une courte période de rodage, le phénomène a conquis la planète avant de se répandre sur d’autres supports, tant et si bien que certains réalisateurs en vogue ont décidé, eux aussi, de surfer sur la vague.
Après une première aventure sobrement baptisée Batman Begins en 2005 et dans laquelle Christopher Nolan remonte aux origines du mythe qui a forgé la réputation de Gotham City, la nouvelle coqueluche d’Hollywood persiste et signe, trois ans plus tard, The Dark Knight, Le Chevalier Noir. Dans un tout autre genre, assurément plus noir, mais tout aussi grisant, le metteur en scène surdoué concentre son objectif sur l’acteur australien Heath Ledger (disparu trop tôt) qui crève l’écran grâce à son interprétation magistrale du Joker qui fait désormais figure de référence dans le milieu. Puis, il enchaîne en 2012 avec The Dark Knight Rises, et ce, pour conclure comme il se doit sa vision avant-gardiste des péripéties nocturnes de l’homme chauve-souris et dans laquelle Anne Hathaway nous livre une nouvelle facette de son talent dans la peau de Catwoman.
Dans ce bas monde, il existe différents types de réalisateurs dont les véritables motivations, aussi justifiées soient-elles, divergent selon leur nature profonde. Entre faire exploser son tiroir-caisse, torturer les méninges de son public ou bien le divertir, Christopher Nolan semble avoir définitivement opté pour la révolution des codes cinématographiques, et ce sans nul doute, pour laisser une empreinte indélébile de son passage. En seulement trois films, il parvient définitivement à asseoir son statut de valeur montante du Septième Art. Cinéphile par excellence, il puise allègrement dans ses références et nous propose un astucieux mélange des genres, à mi-chemin entre le thriller et le fantastique. Et, le résultat est si époustouflant et proche de la perfection, qu’on finit même par se demander s’il n’avait pas préparé depuis longtemps son coup de maître en dévorant, dans l’ombre, toutes les œuvres appartenant à ces deux genres cinématographiques qui ont connu leur point d’orgue au siècle dernier et qui connaissent, aujourd’hui, un second souffle grâce à lui. Fidèle à son pragmatisme légendaire et son imagination ô combien fertile, le cinéaste britannique apporte sa pierre à l’édifice érigé à la gloire du personnage le plus populaire de DC Comics, et ce, grâce à une réalisation particulièrement léchée et des intrigues bien ficelées ! Un constat élogieux qui lui vaut aujourd’hui d’être gratifié par la Warner d’un coffret frappé à l’effigie de sa cultissime Trilogie The Dark Knight. Dans cette dernière, les scènes de combat s’enchaînent, violentes et minutieusement chorégraphiées, le sang coule et les scénarios sont ponctués de flashback dans la plus pure tradition du genre, certes, mais indispensables pour la décompression du spectateur. Le désormais tant convoité réalisateur, scénariste et producteur a su faire renaître de ses cendres le célèbre chevalier noir, sans avoir oublié de le remettre au goût du jour avec nostalgie, respect et une pointe d’originalité qui fait sans aucun doute la différence.
Et, comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la célèbre major américaine commercialise en parallèle un coffret dit Funko qui promet aussi de faire des émules !

image cae7a

Détails

Distributeur : Warner Bros
Origine : Américano-britannique
Date de sortie : 30 septembre 2015
Réalisateur : Christopher Nolan
Distribution : Christian Bale, Katie Holmes, Michael Caine, Cillian Murphy, Liam Neeson, Morgan Freeman, Ken Watanabe, Gary Oldman, Heath Ledger, Aaron Eckhart, Maggie Gyllenhaal, Tom Hardy, Joseph Gordon-Levitt, Anne Hathaway, Marion Cotillard …
Genre : Thriller d’action et d’aventure
Durée : 7 heures 30 minutes
Les points forts du DVD et Blu-ray : la figurine Mini Cosbaby de l’Épouvantail, la figurine Mini Cosbaby du Joker, la figurine Mini Cosbaby de Bane.
Batman Begins/Au cœur du film : accès aux coulisses pendant le visionnage du film, la genèse du Chevalier Noir, Former le Corps et l’Esprit : la transformation de Christian Bale en Batman, Tankman Begins : parodie de Batman Begins, Batman - Le voyage commence : conception et développement du film, casting du personnage de Batman, La Construction de Gotham City : la création des décors du film, La Cape et le Masque : l’élaboration du nouveau costume, Batman - Le Voltigeur : la Batmobile réinventée, Le Chemin de la Découverte : regard sur la première semaine de tournage en Islande, Sauver Gotham City : le développement des maquettes et des effets graphiques pour la scène de poursuite en monorail, La Genèse de Batman : l’incarnation du Chevalier Noir et les influences du film Galerie de photos, Dossiers Confidentiels : les secrets de Batman non révélés dans le film, Discussions autour du scénario avec David S. Goyer, Batman en numérique : les effets spéciaux que vous avez peut-être manqués, Batman Begins - Les Cascades et bandes annonces.
Batman - The Dark Knight, le Chevalier Noir/ Gotham Uncovered : tournage d’une scène : Christopher Nolan et son équipe dévoilent les secrets de fabrication du film, La technologie de Batman : les gadgets et outils du film, Batman démasqué : la psychologie du Chevalier Noir : analyse de la psychologie de Bruce/Batman, Gotham Tonight : 6 journaux télévisés de Gotham, galerie photos : les cartes de Joker, l’art concept, l’art de l’affiche, photos du plateau, 3 bandes-annonces et 6 spots.
Batman - The Dark Knight Rises : Bonus accessibles en synchronisation avec le film via l'application, The Dark Knight Rises FX, La Batmobile : les 5 Batmobiles réunies pour la première fois dans un documentaire révélant tous les aspects de ce véhicule mythique, La fin du chevalier : - Production : Le prologue : détournement en haute altitude : découvrez les dessous de la séquence d’ouverture, Retour à la Batcave : au cœur de la reconstruction de la Batcave avec des images en accéléré, parsemées d’interviews et de commentaires, Gotham Souterrain : Chris Nolan et les chefs décorateurs discutent et construisent le repaire de Bane, La Bat : retour sur la création du nouveau moyen de transport apporté par Nolan, Batman vs Bane : les acteurs et l’équipe du film révèlent la manière dont ils ont préparé et tourné la scène de combat épique entre Batman et Bane, Arsenal accepté : découvrez comment furent utilisés les effets spéciaux et les unités miniatures afin de simuler une démolition de plafond par le Tumbler, Jour de destruction : l’équipe du film décrit la séquence de destruction du stade de Gotham, La démolition d’une rue : découvrez comment une série d’effets spéciaux très pratiques furent utilisés pour simuler la démolition d’une rue, Le gouffre : les secrets de la construction de deux immenses plateaux de tournage verticaux, Le chant : Christopher Nolan et Hans Zimmer reviennent sur la création du chant qui sera repris pour le thème musical de Bane, Guerre à Wall Street : observez la coordination et la production de la scène de bataille à Manhattan, La course au réacteur : l’orchestration par l’équipe du film de la séquence.

Cendrillon
Un lifting bien mérité !
image cc23b

Comme son titre l’indique, Cendrillon revisite, à la sauce Disney, le célèbre conte de fées imaginé jadis par Charles Perrault et repris par Giambattista Basile dans La Cenerentola, ou encore par les frères Grimm dans Aschenputtel. Même si cette nouvelle mouture reste relativement fidèle à la première version animée de Disney, le scénario vous réserve toutefois quelques surprises.
Le père (Ben Chaplin) de la jeune Ella (Lily James), un marchand aguerri, convole en secondes noces après la mort tragique de sa femme (Hayley Atwell). Consciente que ce nouveau mariage pourrait enfin redonner à son père la joie de vivre, la belle Ella met tout en œuvre pour lui faciliter les choses et accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère, Lady Tremaine (Cate Blanchett), et sa progéniture Anastasie (Holliday Grainger) et Javotte (Sophie McShera). Mais, lorsque son père rend son dernier souffle, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle belle-famille, jalouse et cruelle. Toutes unies contre celle qui leur sert dorénavant de servante, les trois chipies prennent un malin plaisir à la rabaisser chaque jour que Dieu fait. C’était sans compter sur le destin et Marraine la Bonne fée (Helena Boham Carter) qui vont lui donner un coup de pouce inespéré ! En effet, Ella ne tarde pas à croiser le chemin d’un beau jeune homme (Richard Madden) dans la forêt. Ignorant qu’il s’agit d’un prince, ce dernier s’amuse de sa candeur, tant et si bien qu’elle le croit employé au palais, et ce, avant d’en tomber éperdument amoureuse.
Depuis quelques années, les studios Walt Disney nous concoctent des nouvelles adaptations ultramodernes des célèbres contes qui ont bercé l’enfance de tout un chacun, permettant ainsi de prolonger la vie de nos héros préférés. Et, après un détour pour le moins original dans l’univers de la Belle au bois dormant avec Maléfique, c’est au tour de notre adorable et vertueuse Cendrillon d’être remise au goût du jour. Et, au final, le résultat obtenu est stupéfiant : Kenneth Branagh est parvenu à donner un sacré coup de lifting à cette histoire maintes fois revue sur le grand et petit écran, et ce, en captant l’essence même de cette histoire éternelle. Alliant finesse et démesure, le réalisateur sonde allègrement l’âme des personnages pour nous les dévoiler sous un autre jour. Qu’il semble loin le temps où les contes des fées étaient réservés aux enfants ! On peut donc s’attendre à ce que ce véritable trésor cinématographique continue encore longtemps de se transmettre de génération en génération…

Détails

Distributeur : Disney
Origine : USA
Date de sortie : 26 août 2015
Réalisateur : Kenneth Branagh
Distribution : Lily James, Cate Blanchett, Richard Madden, Stellan Skarsgârd, Hlliday Grainger, Sophie McShera, Derek Jacobi, Helena Bonham Cater…
Genre : Romance fantastique familiale
Durée : 1 heure et 44 minutes
Les points forts du DVD & Blu-ray : Court métrage : La reine des Neiges : Une fête givrée, le conte de fées prend vie, l’essayage des costumes, début alternatif : l’enfance d’Ella, les amis poilus d’Ella et la mise en scène du bal.

Avengers 2 : l’ère d’Ultron
De leur choix dépend l’avenir de l’humanité…
image 2e956

Vu le triomphe incontestable sur grand écran du premier opus, les Avengers devaient assurément reprendre du service pour développer la licence ô combien juteuse acquise par Marvel et rachetée récemment par Disney ! Et, c’est désormais chose faite avec Avengers 2 : l’Ère d’Ultron ! Alors que l’infatigable Tony Stark (Robert Downey Jr.) redouble d’efforts pour relancer le programme visant à maintenir une paix de plus en plus menacée, les choses tournent en eau de boudin, contraignant ainsi le caustique Iron Man, l’athlétique Captain America (Chris Evans), l’imposant Thor (Chris Hemsworth), l’incroyable Hulk (Mark Ruffalo), la sculpturale Black Widow (Scarlett Johansson) et le vif Hawkeye (Jeremy Renner) à reprendre du service. Appelés à la rescousse, les Avengers vont devoir à nouveau unir leurs efforts pour contrecarrer les plans machiavéliques échafaudés dans l’ombre par le terrifiant Ultron (James Spader) qui s’est juré de réduire l’humanité à feu et à sang.
Depuis quelques années déjà, Hollywood ne cesse de transposer sur grand écran les plus grandes bandes dessinées, mais force est de constater que les résultats obtenus n’ont pas toujours été encensés par la critique, loin s’en faut. Et pour le second opus des Avengers baptisé L’Ère d’Ultron, le père de Buffy repasse derrière la caméra et le pari semble remporté haut la main, n’en déplaise à ses nombreux détracteurs ! Son style, si souvent jalousé depuis l’avènement de la Tueuse de Vampires, mais jusque-là rarement égalé, s’adapte parfaitement à cette suite dont il signe également le scénario. Au rayon des nouveautés, Whedon prend un malin plaisir à sonder davantage la psychologie de ses personnages fétiches, et ce, pour mieux cristalliser sur grand écran la mythologie imaginée par Marvel.
Amateurs du genre, vous ne serez pas déçus ! Le tant attendu Avengers 2 : L’Ère d’Ultron est désormais disponible en vidéo pour mieux vous permettre de patienter en attendant le dénouement prévu en deux épisodes intitulés Infinity War partie 1 & 2 et programmés pour 2018 et 2019 dans nos salles obscures préférées. D’ici là, vous savez ce qu’il vous reste à faire et que la patience soit avec vous !

Détails

Distributeur : Marvel/Disney
Origine : USA
Date de sortie : 30 septembre 2015
Réalisateur : Joss Whedon
Distribution : Robert Downey Jr, Chris Evans, Mark Ruffalo, Chris Hemsworth, Samuel L. Jackson, Scarlette Johansson, Jeremy Renner, Aaron Taylor-Johnson, Elizabeth Olsen, Cobie Smulders, Don Cheadle, Thomas Kretschmann, Soo-hyun Kim (II), Paul Bettany, Andy Serkis, James Spader, Josh Brolin, Lou Ferrigno…
Genre : Action/aventure/science-fiction
Durée : 2 heures 22 minutes
Les points forts des coffrets Blu-Ray, 3D & DVD : les commentaires audio du réalisateur et scénariste Joss Whedon, le making of ou les coulisses de la production du film, deux mini reportages sur les pierres de l’infinité et l’aventure mondiale, quatre scènes coupées, le bêtisier du film et quelques autres bonus surprises.

Firestorm
La fin justifie les moyens !
image 38f00

Une tempête, qui dépasse tout entendement, s’approche dangereusement du centre de Hong-Kong. Face à ce qui pourrait être l’une des plus grandes catastrophes naturelles du siècle, les autorités locales doivent également composer avec la plus grande vague de braquages de leur histoire. Munie d’armes lourdes, une bande de malfaiteurs multiplient les braquages violents, où le sang coule à flots et terrorisant par la même occasion une population déjà fortement ébranlée. En tentant de leur barrer la route, les forces de police enchaînent les bévues. Déterminées à neutraliser, une bonne fois pour toutes, ce crime organisé, celles-ci persistent dans leur avancée, engendrant ainsi une guerre urbaine sans précédent et semant partout chaos et désolation… ou quand la justice se retrouve dans l’impasse.
Fidèle à la réputation méritée du 7ème Art hongkongais, lequel regorge de films d’action survitaminés et de polars particulièrement bruts de décoffrage, Firestorm s’inscrit indubitablement dans la lignée du film noir urbain. Mis en scène par Alan Yuen, ce dernier peut se targuer d’avoir élaboré un triller policier détonant avec le talentueux, et non moins musclé, Andy Lau dans le rôle phare. Fusillades hallucinantes, courses-poursuites époustouflantes, explosions ahurissantes et bagarres parfaitement chorégraphiées rythment l’intrigue ultra testostéronée et imaginée par le réalisateur en personne, à qui nous devons déjà celui de New Police Story avec Jackie Chan.
Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de ce long métrage une œuvre démentielle aux scènes d’action démentes qui ont forgé la prestigieuse renommée du cinéma hongkongais. Le tout mené par un Andy Lau déchaîné et pour le moins implacable ! Qu’on se le dise, Firestorm va mettre le feu aux poudres !

Détails

Distributeur : Metropolitan Filmexport
Origine : Chino-Hong-Kongais
Date de sortie : 8 septembre 2015
Réalisateur : Alan Yuen
Distribution : Andy Lau, Ray Lui, Hu Jun, Yao Chen, Ka Tung Lam, Shing-Ban Lam, Vincent Sze, Chi-yin Wong, Michael Wong...
Genre : Thriller d’action policière
Durée : 1 heure 58 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : Pas de bonus.

Maggie
Recherche sa fille désespérément !
image 0a84b

Alors que les zombies sont à la mode sur le petit écran avec des séries comme Z Nation, iZombie, The Strain, The Walking Dead ou encore son spin-off Fear The Walking Dead lancée cet été outre-Atlantique et qui battent toutes les deux de records d’audience, le virus atteint maintenant Hollywood après le premier volet très prometteur de World War Z avec Brad Pitt en tête d’affiche et dont le second opus est d’ores et déjà en préparation.
Et, comme il fallait s’y attendre, d’autres réalisateurs aspirent dorénavant à obtenir leur part du gâteau ! C’est le cas de Henry Hobson, un jeune concepteur de production britannique qui se risque pour la première fois à passer derrière la caméra, et ce, après avoir participé à de nombreux films comme Sherlock Holmes ou Blanche-Neige et le Chasseur. Dans son thriller horrifique baptisé sobrement Maggie, l’apprenti cinéaste nous plonge au cœur même d’une pandémie qui se propage à un rythme effréné à travers tous les États-Unis. Afin d’enrayer la propagation de l’épidémie, les autorités gouvernementales ordonnent de placer les contaminés en quarantaine, où ils ne tarderont pas à se transformer en zombies coupés du reste du monde. Pendant ce temps, une jeune fille prénommée Maggie (Abigail Breslin), âgée de seize ans, apprend qu’elle a été infectée. Ne supportant pas la dure réalité qui l’attend, elle s’évapore dans la nature. Mais, son père Wade Vogel (Arnold Schwarzenegger) met alors tout en œuvre pour la retrouver, et ce, pour mieux la sortir des griffes acérées de la Grande Faucheuse…
Avant d’être un film d’action horrifique, Maggie est surtout le premier long métrage de fiction réalisé par l’apprenti metteur en scène Henry Hobson dans lequel on doit explorer des territoires aux décors franchement glauques et peuplés de morts-vivants assoiffés. En tant que tel, le film est un condensé de toutes les scènes cultes que le cinéma d’épouvante nous a offert ces vingt dernières années. Et c’est du reste l’un des éléments les plus fâcheux de ce long métrage, car on a bien souvent l’impression de voir une compilation d’un genre cinématographique à l’agonie depuis quelques années, mais qui connaît de nouveaux soins palliatifs hollywoodiens. Mais, ne vous méprenez pas, tout n’y est pas mauvais, loin s’en faut ! La première demi-heure, notamment, est un modèle d’introduction efficace pour mieux planter le postulat de base et la psychologie des personnages. S’ensuit une énergique séquence de panique lorsque le virus échappe au contrôle de ses manipulateurs et des autorités, avant de laisser place à une course-poursuite infernale, celle d’un père désespéré, mais déterminé à sauver coûte que coûte sa progéniture.

Détails

Distributeur : Metropolitan Filmexport
Origine : Américano-suisse
Date de sortie : 28 septembre 2015
Réalisateur : Henry Hobson
Distribution : Arnold Schwarzenegger, Abigail Breslin, Joely Richardson, Douglas M. Griffin, J.D. Evermore, Rachel Whitman Groves, Jodie Moore, Bryce Romero …
Genre : Thriller horrifique
Durée : 1 heure 37 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : Making of, scène coupée et commentaire audio du réalisateur.

Kill Your Darlings – Obsession Meurtrière
Un biopic empreint d’authenticité !
image 34085

Allen Ginsberg (Daniel Radcliffe), Jack Kerouac (Jack Huston) et William S. Burroughs (Ben Foster) peuvent se vanter, à juste titre, d’être les plus grands écrivains du siècle dernier. Et, une fois n’est pas coutume, Kill Your Darlings – Obsession Meutrière leur rende hommage en levant le voile sur leur mystérieuse rencontre, sans oublier pour autant de mettre en exergue leur rébellion face à une société américaine dans laquelle ils ne se reconnaissent plus. Comme hypnotisés par des fêtes bien arrosées, où l’alcool coule en abondance, les drogues circulent sans aucune pudeur et les passions interdites se révèlent, tous ces jeunes enivrés par une frénésie dévastatrice perdent peu à peu pied, allant jusqu’à commettre l’irréparable… un meurtre. Parviendront-ils à recouvrer la raison pour se sortir des griffes de la folie meurtrière ? Rien n’est désormais moins sûr !
Comme vous le savez, Kill Your Dralings – Obsession Meurtrière, mis en scène par John Krokidas, s’inspire librement de l’histoire vraie du meurtre de David Kammerer (Michael C. Hall) par Lucien Carr (Dane DeHann), ami intime des écrivains Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William S. Burroughs. Et, force est de constater que Daniel Radcliffe semble en avoir définitivement fini avec son ancienne image de petit sorcier de Poudlard qui lui collait un peu à la peau depuis l’avènement d’un certain Harry Potter au cinéma ! En effet, le jeune acteur anglais sort une nouvelle fois des sentiers battus en incarnant Allen Ginsberg, cofondateur (avec William Burroughs et Jack Kerouac) de la Beat Generation, soit l’un des mouvements intellectuels les plus importants qui a, à jamais, marqué les générations de l’après-Deuxième Guerre mondiale avant de traverser le temps. Présenté en avant-première à la Mostra de Venise en 2013 (avant d’être sélectionné à Sundance, puis à Toronto), le biopic dramatique a de suite emballé l’assistance de par la véracité des faits évoqués, et ce, même si quelques inexactitudes persistent, ici et là !
En vogue depuis quelques années, les films biographiques abondent dans nos salles obscures préférées. Un genre cinématographique en plein essor et qui prend avec Kill Your Darlings – Obsession Meutrière, une œuvre marquée par le sceau de la modernité et de sensibilité, toute sa portée universelle.

Détails

Distributeur : Metropolitan Filmexport
Origine : USA
Date de sortie : 28 septembre 2015
Réalisateur : John Krokidas
Distribution : Daniel Radcliffe, Dane DeHaan, Michael C. Hall, Jack Huston, Ben Foster, David Cross, Jennifer Jason Leigh, Elizabeth Olsen…
Genre : Biopic dramatique
Durée : 1 heure 43 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : Rencontre avec Daniel Radcliffe et Dane DeHaan, l’avant-première du film, scènes coupées et commentaire audio.

Ouija
Mais, t’es où ? Pas là !
image 179b4

Alors que la fête d’Halloween s’approche à grands pas de loup, quoi de mieux que de se faire une belle frayeur en regardant un film d’épouvante entre amis ou en famille ? Si cela vous tente, il ne vous reste plus qu’à vous procurer au plus vite, Ouija réalisé par Stiles White, scénariste et assistant de production qui passe pour la première fois derrière la caméra. Pour autant, l’apprenti cinéaste américain s’avère un habitué du genre, puisqu’il a collaboré dans des films comme Entretien avec un Vampire, Sixième Sens, ou plus récemment Prédictions et Possédée dont il a cosigné les scripts.
Jouissant d’une véritable expérience dans un genre quelque peu boudé dans le milieu, le cinéaste fait ainsi ses premières armes et nous livre une première œuvre cinématographique assurément digne des œuvres dont il s’est librement inspiré. Comme son nom l’indique, l’histoire du film germe autour de cette fameuse planche permettant de rentrer en contact avec les âmes des défunts lors de séances de spiritisme. Après avoir perdu son amie d’enfance dans des circonstances douloureuses, Laine (Olivia Cooke) tombe sur l’une de ces étranges tablettes. Déterminée à faire ses adieux à sa très regrettée Debbie (Shelley Hennig), celle qui a partagé une grande partie de sa vie et qu’elle soupçonne de s’être suicidée, elle décide de rentrer en contact avec elle. Bientôt rejointe par Pete (Douglas Smith), le petit copain de la disparue, elle se livre alors au rituel sans se douter qu’elle va réveiller de puissantes forces occultes qui vont les confronter à leurs peurs les plus inavouées…
S’inscrivant dans la plus pure tradition du genre, Ouija réveillera sans aucun doute certains souvenirs enfouis au plus profond de vous, et ce, après avoir réveillé le box-office américain en récoltant la modique somme de 100 millions de dollars ! En effet, qui n’a jamais essayé de se livrer audit jeu, pourtant réputé dangereux, pour se donner quelques sueurs froides ? Une chose est néanmoins certaine, si vous ne l’avez pas déjà fait, ce n’est pas ce thriller surnaturel sans prétention, mais non moins réussi et produit par Michael Bay qui vous en convaincra, bien au contraire ! Pour les plus courageux d’entre vous et suite au succès populaire inattendu du film outre-Atlantique, sachez qu’un sequel est d’ores et déjà dans les tuyaux hollywoodiens…

Détails

Distributeur : Universal
Origine : USA
Date de sortie : 8 septembre 2015
Réalisateur : Stiles Whitev Distribution : Olivia Cooke, Ana Coto, Daren Kagasoff, Bianca Santos, Douglas Smith, Shelley Hennig, Sierra Heuermann, Sunny May Allison…
Genre : Épouvante-horreur
Durée : 1 heures 30 minutes
Les points forts des DVD & Blu-ray : Ouija : une évolution, adapter la peur et lône de l’inconnu.

La Tête Haute
Une étoile est née…
image df972

Dans La Tête Haute, la réalisatrice, scénariste et actrice Emmanuelle Bercot nous dépeint le portrait de Malony (Rod Paradot), un jeune garçon qu’une juge acharnée pour enfants (Catherine Deneuve) et un éducateur infatigable (Benoît Magimel) vont tenter inlassablement de ramener dans le droit chemin. De l’âge de six ans à l’aube de sa majorité, la cinéaste nous invite à un voyage initiatique qui n’est pas sans nous rappeler un certain Mommy du metteur en scène québécois Xavier Nolan qui a raflé de prestigieuses récompenses comme le César 2015 du meilleur film étranger, ou encore le Prix du Jury au Festival de Cannes 2014.
Présenté hors compétition en ouverture sur la Croisette, La Tête Haute a tout de suite fait mouche, non seulement parce qu’Emmanuelle Bercot est la deuxième réalisatrice de l’histoire du Septième Art à ouvrir le festival, après Diane Kurys pour Un Homme Amoureux en 1987, mais aussi parce que son œuvre germe autour d’une simple phrase si chère à son cœur et tirée du livre d’un juge : « L’éducation est un droit fondamental qui doit être assumé par la famille et si elle n’y parvient pas, il incombe à la société de l’assumer. » Cette citation résume parfaitement le long métrage et cette volonté de mettre en lumière des hommes et des femmes qui se battent chaque jour pour assurer le relais en offrant une autre forme d’éducation à ces mineurs que la vie n’a pas épargnés. Par le biais de scènes posées, voire statiques, ce drame évite élégamment le style documentaire auquel il aurait pu être associé, le tout bercé par une musique classique qui nous éloigne encore un peu plus des clichés.
Parce qu’elle aime profondément le cinéma qui le lui rend bien, Emmanuelle Bercot nous propose une tranche de vie cinématographique qui sied à ravir à Rod Paradot. Autour d’une rencontre à priori totalement inadéquate et fortuite entre deux adultes dévoués et un gamin égaré en mal d’amour, la réalisatrice parvient à nous tenir en haleine, non sans nous décrocher quelques larmes au passage. Entre ces âmes blessées et tourmentées par les aléas de la vie, elle prend un malin plaisir à nous balader entre les sentiments qui poussent la femme de loi à se rapprocher du pauvre Malony et ceux qui le contraignent à prendre du recul pour mieux se protéger. Que dire de plus sur cette œuvre hyperréaliste si ce n’est que le prometteur Rod Paradot crève l’écran à la manière d’un James Dean face à deux acteurs aguerris ! Entre l’hypersensibilité de l’un et la fragilité des autres, votre cœur balancera, tant et si bien que vous finirez par vous demander qui est le plus à plaindre…

Détails

Distributeur : Wild Side
Origine : France
Date de sortie : 30 septembre 2015
Réalisateur : Emmanuelle Bercot
Distribution : Catherine Deneuve, Rod Paradot, Benoît Magimel, Sara Forestier, Diane Rouxel, Elizabeth Mazev, Anne Suarez, Christophe Meynet …
Genre : drame
Durée : 2 heures
Les points forts des DVD & Blu-ray : Scènes coupées commentées par Emmanuelle Bercot, rencontre avec Emmanuelle Bercot et Rod Paradot, rencontre avec le juge des enfants David Allonsius, moyen métrage : La Puce d’Emmanuelle Bercot, le court métrage : Les Vacances d’Emmanuelle Bercot, les essais de Rod Paradot, galerie photos, rencontre de cinéma : interview d’Emmanuelle Bercot, Rod Paradot et Benoît Magimel par Laurent Weil, montée des marches à Cannes et la conférence de presse.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 250 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 5 et 250 caractères
  • Aucun commentaire sur cet article.